Paris Match Belgique

Véronique Gallo : « Pas besoin de laver les slips de l’autre pour montrer qu’on tient à lui »

La romancière et humoriste trasnmetteuse d'émotions est notre invitée du mois ! | © Olivier Pirard

Société

Bienvenue dans notre rubrique « Tout feu tout femme » ! Régulièrement, Parismatch.be part à la découverte d’une femme inspirante tous secteurs d’activités confondus. L’invitée nous parlera d’elle mais également… d’elles. Et de leurs places dans le monde d’aujourd’hui. De l’urgence de leurs combats et d’autres luttes pour toujours plus d’inclusion dans la société.

 

Par Laurent Depré

Après la femme politique, la sportive de haut niveau, la présidente de fédération nationale, la dirigeante de mecque culturelle… Quel type de profil pouvions-nous bien inviter ce mois-ci dans notre rubrique « Tout feu tout femme » ? C’est alors qu’un message électronique est tombé du ciel ou plutôt est tombé dans notre boîte mail. Et pourquoi pas causer droits des femmes avec une humoriste, la liégeoise Véronique Gallo en l’occurence.

Depuis plusieurs années maintenant, cette auteure et humoriste, même si elle ne se définit pas tout à fait en tant que telle, nous a habitué à ces capsules vidéos « Vie de mère » dans lesquelles pas mal se reconnaissent et s’en amusent allègrement. Quelques livres et spectacles plus tard, celle qui est en tournée jusque loin en 2023 avec « Femme de vie » a pris le temps de parler d’elle et d’elles ! Rencontre.

Parismatch.be.  Véronique, commençons d’abord par le spectacle « Femme de vie » avec lequel vous êtes en tournée en Belgique jusqu’en 2023. De quoi parle-t-il ?
Véronique Gallo. « Le spectacle parle de la femme dans la quarantaine. C’est un sujet que je connais bien ! Les enfants ont grandi, les parents vieillissent et on est un peu coincé au milieu de tout cela. Dans cette décennie de la vie, on commence à s’accepter plus facilement. Je le dis dans le spectacle, c’est l’effet Newton physiquement… Y’a tout qui pend ! Mais cela fait partie de la vie, c’est pareil pour tous les êtres humains. Je parle aussi pas mal de transmission : ce que j’ai reçu de ma mère et ce que je laisse à ma fille. Cela m’interpelle beaucoup aujourd’hui dans ma vie… »

Qu’est-ce qui vous interpelle précisément ?
« C’est de ne pas reproduire le même schéma par exemple. C’est se demander : c’est quoi être une femme ? Est-ce rester dans son rôle, à sa place ? Toutes ces choses qu’on nous a répété petite : ‘ne fais pas de vague’, ‘ne sois pas trop bavarde’, ‘sois discrète’, ‘soigne ton mari’, ‘t’as besoin d’un homme dans ta vie’… Toutes ces normes sociales à combattre et auxquelles j’ai adhéré pendant toute une partie de ma vie. Maintenant, je suis divorcée mais j’ai créé ce type d’environnement moi-même. J’en suis responsable. Si vous voulez, j’ai un peu trop pris soin de tout le monde. C’est par nous que le changement doit se faire avant tout. »

Le titre du spectacle aurait pu aussi être « Femmes de vie » (NDLR : femmes au pluriel) puisque la réflexion sur la condition de la femme est permanente tout au long d’une vie…
« Et que nous sommes multiples… Vous avez raison et j’y ai d’ailleurs pensé. Mais je voulais aussi le clin d’oeil et le revers de ‘Vie de mère’. Les retours des spectateurs vont dans ce sens car le spectacle fait écho à toutes les étapes de notre vie de femme. D’ailleurs, mon public devient de plus en plus large : j’ai des petites jeunettes qui accompagnent les parents, de jeunes femmes et des filles de mon âge. Sans oublier des femmes un peu plus âgées qui sont heureuses de pouvoir rire autour du fait de veillir. J’adore ! »

On a appris aux femmes à prendre soin. Et de manière inconsciente à chouchouter l’autre quand on tombe amoureuse. À 23 ans, cela me semblait une preuve d’amour d’avoir fait un bon repas pour mon homme…

 

Quelles sont les humoristes femmes que vous aimez regarder ?
« Je voue une admiration sans borne à Muriel Robin dans ses ‘one woman show’ et dans ses films. Valérie Lemercier contribue également encore à mon envie de faire ce métier avec ses émotions justes. Agnès Jaoui a beaucoup compté aussi dans ma construction d’auteure.  Florence Foresti continue de me faire rire. Je me reconnais moins dans les humoristes qui ne jouent pas sur les émotions. Ce qui me fait rire c’est le tragique et le profond. L’humour pour l’humour, j’apprécie moins. »

Par rapport aux droits de la femme, quels sont encore les chantiers les plus urgents selon vous ?
(Rire) « Il y en a tellement… Déjà cela dépend de la partie du monde dans laquelle on vit. En Belgique, on a quand même la chance de vivre dans un pays occidental privilégié. Chez nous, je voudrais que plus soit fait contre les violences physiques faites aux femmes mais aussi contre tous les mécanismes qui font que les femmes sont souvent sous l’emprise de quelqu’un. »

J’entends de plus en plus les jeunes générations dire : ‘je ne sais pas si j’aurai des enfants’… Si c’est génial d’avoir des enfants quand on le désir, ce n’est pas une obligation. C’est très bien de pouvoir se l’autoriser. Dans ma génération, ce n’était pas du tout le cas ! Celles qui pensaient cela étaient montrées du doigt.

Le dernier exemple en date de sexisme auquel vous ayez été confrontée ? Comment y réagissez-vous ?
« Je vais vous répondre qu’en fait j’ai eu la chance de ne pas en subir régulièrement. De toute façon, je n’en laisse passer aucun. Tolérance zéro ! Un exemple ? Alors que le corps vieillit pour tout le monde, c’est un fait inéluctable, bizarrement les hommes ont tendance à mettre plus en avant le vieillisement du corps de la femme. Nous serons comparées à une mannequin de 25 ans sans plus aucun rapport avec nous. Il ne me viendrait jamais à l’esprit de comparer un homme de 45 ans à un tout jeune comédien. Il y a constamment ce rapport au physique et au corps beau, jeune et sexy. « 

Quelles femmes dans leur vie professionnelle ou personnelle ont eu une grande influence sur vous ?
« Ma maman… On lui avait interdit de faire des études de médecine en la redirigeant vers la ‘kiné’ qui se faisait en moins d’années et allait mieux à une femme. Elle a repris l’université lorsque j’étais enfant et elle a achevé sa licence en sciences sanitaires en se levant chaque jour à quatre heures du matin. Un vrai modèle de femme forte et indépendante. Dans la vie publique, une femme comme Meryl Streep est terrible ! Je trouve qu’elle parle peu mais toujours à bon escient pour faire réfléchir. Elle a toujours défendu ses rôles avec passion, elle s’est construite une carrière irréprochable. Il y a également Michelle Oabama dont j’ai adoré le livre. Ces femmes sont très inspirantes. »

3 faits d’actualité commentés par Véronique Gallo

©Olivier Pirard

Il y a le soulèvement des femmes en Iran qui dure depuis plus d’un mois et qui aujourd’hui s’étend presque à toute la société iranienne.
« Formidable ! J’ai longtemps été une femme qui réfrénait sa colère… Beaucoup moins aujourd’hui et je pense que la colère peut être salvatrice dans certaines situations. J’encourage donc ces mouvements en Iran. En Belgique, avec ce que vivent les gens, la colère est possible aussi et pourrait s’exprimer si le nombre est important… »

Le film d’Olivier Dahan Simone, le voyage du siècle est consacré à la femme politique Simone Weil. Assez vite dans le film on y voit le discours de cette femme, alors ministre de la Santé, en faveur du droit à l’avortement devant un hémicycle presque entièrement masculin.
« C’est sur ma bucket list. J’adore les biopics en plus. Il y a énormément de choses que j’ignore sur cette grande femme et que j’ai hâte de découvrir en allant voir le film. Elle fait partie de ces femmes qui ‘en ont eu’ a une certaine époque (rires) « 

Annie Ernaux devient la première Française à décrocher le prix Nobel de littérature pour « Le jeune homme ». Vous avez vous-mêmes écrit trois romans… Une réaction à cette récompense d’une feministe de longue date.
« Très heureuse pour elle ! Ravie car son écriture est magnifique et consacrée à l’émotion pure chez la femme. Elle a également fait un travail magnifique sur la femme enfermée dans son couple et dans les convenances. On ne peut être que touchée par le fait que ce genre de littérature soit reconnu et obtienne une telle récompense. »

Véronique Gallo en tournée en 2023 !

05-févr-23 Malmedy (Paroles d’hommes)
07-mars-23 Differdange (LU)
24-mars-23 Namur Delta
29-mars-23 Braine Le Comte Zygomatix
08-avr-23 Spa
17-juin-23 Arlon Ladies Circle
24-juin-23 Ferme de Lange

 

CIM Internet