Paris Match Belgique

Condamnée pour le meurtre de son violeur, la triste histoire de Pieper Lewis

Pieper Lewis

Pieper Lewis le 13 septembre 2022, à Des Moines, dans l'Iowa.

Société

Pieper Lewis, victime de trafic sexuel et accusée d’avoir tué son violeur est activement recherchée aux États-Unis après s’être enfuie vendredi du centre pour femmes où elle effectuait sa peine.

 

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

La police américaine est à la recherche d’une jeune femme de 18 ans. Pieper Lewis a disparu vendredi après s’être enfuie du centre résidentiel de correction pour femmes où elle purgeait une peine de probation dans l’Iowa. CNN explique que la fugitive s’est échappée au petit matin «après avoir coupé tous ses objets connectés» qui auraient permis de la géolocaliser. «À ce stade, nous ne savons pas où elle se trouve», a fait savoir dimanche matin par message à CNN, Jerry Evans, directeur exécutif du cinquième district judiciaire de l’Iowa.

Pieper Lewis avait 15 ans lorsqu’elle a tué un homme qu’elle accusait de l’avoir violée à plusieurs reprises. Victime de trafic sexuel, elle avait plaidé coupable d’homicide et de blessures volontaires en septembre dernier et avait reçu un jugement différé de la juge qui lui avait ordonné de verser 150 000 dollars de dédommagement à la famille de la victime. La juge avait également condamné Pieper Lewis à cinq ans de probation et à 200 heures de travaux d’intérêt général. Au moment du verdict, les procureurs avaient recommandé le placement de l’accusé en centre de probation pour qu’elle ne soit pas envoyée en prison, après plusieurs jours intenses de témoignage.

Retour sur l’affaire

Lors des audiences, Pieper Lewis a raconté avoir fugué plusieurs fois de chez elle lorsqu’elle était adolescente et s’être retrouvée à dormir dans le couloir d’un complexe d’appartements. Là, elle a rencontré un homme qui est rapidement devenu violent envers elle. Puis, elle a emménagé avec un autre homme qui lui a créé un profil de rencontre en ligne et s’est arrangé pour que des hommes aient des relations sexuelles avec elle contre de l’argent. Elle a vécu avec cet homme, qui lui a dit qu’elle était sa petite amie à partir d’avril 2020. Un mois plus tard, elle a rencontré sa future victime Zachary Brooks, qui a commencé à lui donner de l’alcool et à la forcer à avoir des rapports sexuels lorsqu’elle était inconsciente.

Le 31 mai, jour du meurtre, l’homme avec qui elle vivait l’a menacée avec un couteau si elle refusait de se rendre chez Zachary Brooks. Une fois chez lui, elle a de nouveau été forcée à boire de la vodka, elle a perdu connaissance et s’est réveillée avec l’homme en train de la violer. Elle a attendu qu’il s’endorme puis s’est passée à l’acte. «J’ai soudainement réalisé que monsieur Brooks m’avait encore violée et j’ai été submergée par la rage. Sans réfléchir, j’ai immédiatement saisi le couteau de sa table de chevet et j’ai commencé à le poignarder», a-t-elle confié devant la justice. «Je reconnais en outre que les multiples coups de couteau que j’ai infligés à monsieur Brooks par la suite ont finalement entraîné sa mort».

En ordonnant des travaux d’intérêt général, la juge Porter a expliqué vouloir permettre à Pieper Lewis de raconter son «histoire à d’autres femmes jeunes et vulnérables de notre communauté». «Mademoiselle Lewis, voilà la seconde chance que vous avez demandée. Vous n’aurez pas de troisième chance, vous comprenez ça ?», a-t-elle ajouté. Si les avocats de la jeune femme s’étaient dits satisfaits du verdict, les avocats de différents groupes luttant contre les violences sexuelles avaient fait part de leurs inquiétudes, expliquant que la justice «n’avait pas été rendue» et qu’il serait difficile pour la jeune femme de gérer ses traumatismes. L’établissement de Des Moines dont Pieper Lewis s’est échappée est un établissement correctionnel résidentiel. Il «accepte des résidents avec des statuts juridiques variés», peut-on lire sur son site Internet. Le programme a pour but de «fournir une approche sûre visant à éduquer, soutenir et plaider pour que toutes les femmes finissent par transformer leur vie», est-il encore indiqué.

Le souvenir de Cyntoia Brown

L’histoire de Pieper Lewis rappelle celle de Cyntoia Brown, condamnée à la prison à vie pour un meurtre datant de 2004. Elle a été libérée en 2019 après une forte mobilisation médiatique. Lorsqu’elle avait 16 ans, elle s’était retrouvée piégée au cœur d’un trafic sexuel. Forcée à se prostituer, la jeune fille souffrant de problème mentaux et du syndrome d’alcoolisme fœtal, elle a tué l’un de ses bourreaux. «C’est juste une histoire malheureusement trop familière», a commenté Cyntoia Brown auprès de PBS Newshour à propos de Pieper Lewis après le verdict prononcé à son encontre. «C’est une victime dans cette situation. Non seulement elle devra purger une peine dans un établissement, mais, au cours des cinq prochaines années, tout ce qu’elle fera peut l’obliger à purger une peine de 20 ans. Donc, elle n’est pas vraiment libre».

Mots-clés:
viol
CIM Internet