Les frites ont la patate : Près de la moitié des pommes de terre transformées finissent en cornet

Les frites ont la patate : Près de la moitié des pommes de terre transformées finissent en cornet

La production de pommes de terre a plus que triplé en moins de 40 ans. | © Jonas Hamers/ImageGlobe

Société

En Belgique, la patate a sérieusement la cote et bat tous les records de production. Les frites, elles, sont les reines des pommes de terre transformées.

 

La superficie consacrée à la culture de la pomme de terre et la production de ce tubercule n’ont cessé de croître ces dernières années en Belgique au point de faire de la pomme de terre, en valeur, « la production végétale la plus importante après les légumes », révèlent des statistiques du SPF Economie publiées à quelques jours de la 83e Foire agricole de Libramont.

En 2016, la superficie des cultures de pommes de terre a ainsi atteint un record de 89 163 hectares, en forte hausse de 13,38% par rapport à 2015. Surtout, par rapport à l’an 2000, l’augmentation de la superficie cultivée atteint plus de 35%. Logiquement, cette croissance s’accompagne d’une forte hausse de la production de pommes de terre. Entre 1998 et 2015, celle-ci a bondi de près de 50% et a même « plus que triplé en moins de 40 ans ».

©Belga

Les rois de la frite

Sur cette période, le rendement des cultures de pommes de terre a bondi de 171%. Le « couac » du printemps 2016 – ultra-pluvieux – n’entrave en rien l’irrésistible ascension de la pomme de terre belge. 2016 a d’ailleurs été une année faste pour le secteur belge de la transformation de la pomme de terre, avec 4,4 millions de tonnes de pommes de terre transformées, soit un nouveau record absolu, d’après la fédération sectorielle Belgapom.

Lire aussi > Frites et patrimoine : la culture du fritkot à l’honneur

©BELGA PHOTO DIRK WAEM – L’usine de production des frites surgelées McCain, à Leuze-en-Hainaut.

Sur ces 4,4 millions de tonnes, près de 40% sont transformées en frites surgelées. Et 80% de la production belge sont exportés. Le secteur de la transformation de la pomme de terre, qui employait 4 115 travailleurs en 2016, a également investi un record de 310 millions d’euros l’an dernier. C’est donc sous un ciel plutôt bleu que poussent les plants de pommes de terre du « Plat pays », même si quelques nuages, nommés protectionnisme ou Brexit, pointent ça et là le bout de leur nez.

Avec Belga

CIM Internet