Paris Match Belgique

Retour à Dunkerque : Un vétéran revit avec émotion le sauvetage à travers le film de Christopher Nolan

Vidéo Société

Ken Sturdy, un vétéran de 97 ans, a assisté à une projection du film Dunkerque. En 1940, il était lui-même sur ces plages, où il a perdu nombre de frères d’armes.

 

C’était il y a 77 ans et pourtant, les images lui sont revenues en mémoire comme si c’était hier. La plage, son crachin glaçant et celui, mortel, des avions de la Luftwaffe. Les cargots de conserve qui allaient et venaient, incertains d’attendre Dunkerque, de la quitter, puis d’arriver à bon port – celui de l’autre côté de la Manche. La fatigue, l’angoisse, la faim. Les hommes qui tombent.

En assistant à une projection du dernier (futur) succès de Christopher Nolan, sobrement titré Dunkerque, Ken Sturdy assure que « c’était comme [s’il était] encore là-bas », aux abords de la ville française qui a connu, en 1940, une bataille à l’issue inévitable et dramatique. À 97 ans aujourd’hui, cet habitant de Calgary au Canada, ancien soldat de la Royal Navy, est sorti bouleversé du cinéma. « J’ai eu le privilège de voir ce film ce soir et cela m’a attristé, parce que cela me rappelle ce qu’il est arrivé sur cette plage », où il a perdu tant de camarades.

Lire aussi > Dunkerque, un film de guerre qui s’attaque aux règles du genre

©Warner Bros Pictures / Dunkerque

Opération Dynamo : 338 000 hommes évacués

Dunkerque revient sur l’opération de sauvetage spectaculaire des plages de la ville et alentours, quand Churchill a ordonné à la marine britannique d’évacuer « un maximum » de soldats au cours d’une bataille perdue d’avance. 400 000 soldats britanniques, français, belges et canadiens étaient alors encerclés par les forces nazies, souvent à découvert et avec peu de ressources militaires.

Lire aussi > Dunkerque : Les cinq secrets d’un blockbuster par Christopher Nolan

L’action de ce nouveau récit cinématographique de l’un de nos génies contemporains, Ken Sturdy la connait bien : il l’a vécue. À l’époque, chargé de la signalisation dans la Navy britannique, il a contribué à faire évacuer les soldats coincés sur les plages françaises. « Je ne pensais jamais que je verrais ça à nouveau (…) Il n’y avait pas beaucoup de dialogue. Il n’en avait pas besoin, parce qu’il a raconté l’histoire visuellement et que c’était très réaliste », a confié le vieux rescapé à Global News.

L’espèce humaine est si intelligente. Nous pouvons voler jusqu’à la lune, mais nous faisons encore des choses si stupides.

Le vétéran Sturdy a également profité de cette séance pour faire passer un message à la jeunesse, pour qui la Seconde guerre mondiale est une réalité de moins en moins palpable : « N’allez pas voir ce film seulement pour le divertissement. Pensez-y. Et lorsque vous serez adultes, continuez d’y penser », a-t-il demandé.

CIM Internet