Paris Match Belgique

La justice anglaise décide de laisser mourir le petit Charlie

Le bébé de onze mois, atteint d’une maladie génétique rare, terminera ses jours dans une unité de soins palliatifs. | © Twitter : @Charliesfight

Société

Les parents du petit Charlie se sont finalement entendus avec l’hôpital londonien pour transférer leur fils dans une unité de soins palliatifs.

Après six mois de combat pour tenter de maintenir leur bébé atteint d’une maladie incurable en vie, l’heure est au compromis pour les parents du petit Charlie Guard.

Mourir en paix

Le bébé va être transféré dans un hospice où son aide respiratoire lui sera retirée. Les mesures visant à maintenir en vie le petit de 11 mois devront ainsi être arrêtées peu après son entrée à l’hôpital, selon la décision de la Haute Cour de Londres prise ce mercredi 26 juillet. Ce dernier a aussi indiqué que l’endroit précis et la date du décès ne devront pas être dévoilés.

Lire aussi > Affaire Charlie Gard : 48 heures pour survivre

Connie Yates et Chris Gard voulaient initialement ramener leur enfant chez eux. Mais ce choix était critiqué par les médecins du Great Ormond Street Hospital qui s’occupent du bébé, arguant qu’il n’était pas réalisable d’assurer son traitement au domicile des parents.

Charlie Gard souffre d’une maladie génétique neurodégénérative, le syndrome de déplétion de l’ADN mitochondrial, qui affecte les cellules responsables de la production d’énergie et de la respiration, le laissant incapable de respirer sans ventilation artificielle.

How much more can they take! #letcharliegohome and pass with #dignity !!!!!!

A post shared by #charliesfight (@charliesfight) on

Sans espoir

Ce lundi 24 juillet, après des mois de procédure, les parents de Charlie Gard avaient décidé de renoncer à leur bataille judiciaire pour maintenir en vie leur enfant. Pourtant, les parents ont tout fait pour avoir le droit d’emmener le petit Charlie aux États-Unis, où un traitement expérimental est en cours d’élaboration. Mais aux yeux des médecins et de la justice britannique, le traitement n’est pas assez avancé pour permettre une amélioration de l’état du bébé. La Cour européenne des droits de l’Homme avait même refusé d’intervenir, exprimant son accord avec les décisions rendues au Royaume-Uni devant la cour des Affaires familiales, la cour d’appel et la cour suprême.

Lire aussi > Affaire Charlie Guard : Donald Trump et le pape François se mobilisent

Une tentative sans espoir pour l’hôpital britannique, malgré le soutien de Donald Trump et du Pape François qui s’étaient tous deux opposés à l’arrêt de l’aide respiratoire de leur fils en proposant leur aide aux parents.

– Avec Belga

CIM Internet