Paris Match Belgique

Quel est l’autre drame qui se cache derrière le crash de l’avion au Népal ?

nepal avion crash

Images de l'après-crash d'avion au Népal. | © Prabin Ranabhat/SOPA Images via ZUMA Press Wire.

Société

Un double drame…

Ce dimanche, un avion de la compagnie népalaise Yeti Airlines s’est écrasé alors qu’il transportait 68 passagers et quatre membres d’équipage. L’avion, un bimoteur ATR 72, était en approche de l’aéroport de Pokhara situé dans le centre du pays. Depuis l’accident, les équipes de secours travaillent sans relâche pour retrouver les restes humains parmi les débris de l’appareil. Mardi matin, 70 corps avaient été retrouvés.

Parmi les victimes de l’accident se trouvait la copilote Anju Khatiwada. Douloureuse coïncidence, cette dernière avait justement perdu son mari dans un crash d’avion de la même compagnie népalaise, Yeti Airlines, en 2006. Selon l’agence Press Trust of India (PTI), elle avait rejoint l’aviation civile népalaise et la compagnie Yeti Airlines en 2010, après la mort de son mari, tué dans l’accident d’un petit avion de la même entreprise. « Son mari, Dipak Pokhrel, est décédé en 2006 dans le crash d’un avion Twin Otter de Yeti Airlines à Jumla », a déclaré le porte-parole de la compagnie aérienne Sudarshan Bartaula, à l’agence Reuters « Elle a suivi sa formation de pilote avec l’argent qu’elle a reçu de l’assurance après la mort de son mari », a-t-il ajouté. Anju Khatiwada avait 6 400 heures de vol à son actif.

Le pilote, Kamal KC, avait quant à lui plus de 22 000 heures de vol d’expérience. Son corps a été retrouvé, contrairement à celui d’Anju Kathiwada qui n’a pas encore été identifié. Il s’agit du pire désastre aérien du pays depuis 1992.

Mots-clés:
crash avion népal
CIM Internet