Paris Match Belgique

Le Machu Picchu ferme ses portes à cause des troubles secouant le pays

Le Machu Picchu ferme ses portes à cause des troubles secouant le pays

Le chemin de fer est coupé depuis plusieurs jours. | © Pexels / Mike van Schoonderwalt

Société

Les troubles ont déjà fait 46 morts depuis décembre au Pérou.

 

Le Pérou a décidé de fermer le Machu Picchu, joyau touristique inca et principale attraction du pays, en raison des troubles secouant le pays, a annoncé le gouvernement samedi. « La fermeture du réseau de sentiers incas (accès terrestres, Chemin de l’Inca) et de la Llaqta (citadelle) du Machu Picchu a été ordonnée en raison de la situation sociale et pour préserver l’intégrité des visiteurs », a indiqué le ministère de la Culture dans un communiqué.

Le chemin de fer, seul moyen de se rendre sur le site – en dehors de la marche – est coupé depuis plusieurs jours, la voie ayant été endommagée par des manifestants. Selon la compagnie qui l’exploite, des rails ont été retirés par les protestataires.

400 touristes évacués

Quelque 400 touristes bloqués au pied du Machu Picchu ont finalement été évacués samedi par les autorités. « Cet après-midi, 418 touristes nationaux (péruviens) et étrangers ont été transférés du village de Machu Picchu vers Cuzco », la capitale impériale inca et touristique du Pérou, a annoncé le ministère du Tourisme sur twitter. Il n’était pas encore déterminé ce dimanche matin si des touristes belges font partie des touristes étrangers évacués.

En décembre, quelque 300 touristes, dont des Belges, avaient déjà été bloqués au Machu Picchu avant d’être évacués par un train spécial avec des cheminots pour réparer la voie, encadrée par des forces de l’ordre. Le tourisme, vital pour l’économie, représente entre 3 et 4% du PIB et donne de l’emploi à toutes les strates de la population.

Lire aussi > Archéologie : Découverte du plus grand site de sacrifice rituel d’enfants au Pérou

La matinée avait été endeuillée par un nouveau mort, un manifestant décédé des suites de ses blessures reçues vendredi lors de heurts entre policiers et protestataires à Ilave dans la région du Puno (sud, près de la Bolivie). Cela porte à 46 le nombre de morts depuis le 7 décembre et le début des protestations demandant la démission de la présidente Dina Boluarte, la dissolution du Parlement et la constitution d’une Assemblée constituante. Les troubles ont commencé après la destitution et l’arrestation du président de gauche Pedro Castillo, accusé d’avoir tenté un coup d’État en voulant dissoudre le Parlement qui s’apprêtait à le chasser du pouvoir.

Avec Belga

Mots-clés:
Pérou machu picchu
CIM Internet