Paris Match Belgique

MDMA contre l’angoisse et kétamine contre la dépression, les drogues s’invitent en pharmacie

Des "ketamine clinics" existent déjà aux USA | © Flickr @ Roadsidepictures

Société

Après les toilettes des discothèques, les party drugs font leur come-back au grand jour. Efficaces pour lutter contre la dépression et l’angoisse, kétamine et MDMA pourraient bientôt être commercialisées sous forme de médicaments. 

L’étude menée actuellement par le géant pharmaceutique Johnson & Johnson et la KU Leuven est garantie de faire grand bruit parmi les club kids. Ainsi que le rapporte De Morgen, il serait en effet question de rendre la MDMA et la kétamine légales, sous la forme de médicaments. Et pas question de soigner la fièvre du samedi soir mais bien de traiter des pathologies telles que la dépression.

Lire aussi > Captagon : la « drogue des djihadistes » serait un mythe

Cliniques spéciales

En Belgique, les troubles psychologiques touchent un quart de la population, avec 30% de ceux qui en souffrent qui ne réagissent pas ou peu aux traitements conventionnels. Surprise : la solution à leurs problèmes pourrait bien se trouver dans la kétamine. Soit un tranquillisant pour chevaux, adoubé par les club kids pour ses effets psychédéliques et rebaptisée « Special K« . En raison de ses effets bénéfiques sur les effets de la dépression, la drogue est administrée depuis des années aux Etats-Unis dans des « ketamine clinics », mais son usage reste strictement interdit en Belgique.

Action immédiate

Une interdiction qui pourrait bientôt appartenir au passé, Johnson & Johnson et la KUL étant actuellement en train d’expérimenter avec des sprays nasaux à la kétamine. « Jusqu’à présent, les antidépresseurs étaient principalement basés sur la sérotonine, l’hormone du bonheur, mais l’industrie pharmaceutique ne veut plus investir là-dedans, explique le Robert Schoevers, professeur de psychiatrie à la KU Leuven. Les médicaments à base de sérotonine mettent jusqu’à 8 semaines avant de montrer des effets chez les patients dépressifs. Avec la kétamine, on voit déjà une amélioration une heure après la prise du médicament, ce qui est une amélioration non négligeable pour les patients suicidaires ».

Effets secondaires dangereux

Mais gare aux effets secondaires : tandis que la kétamine peut donner lieu à des dommages cognitifs ainsi qu’à des psychoses, la MDMA, quant à elle, est responsable de l’apparition de syndromes de stress post-traumatique.

CIM Internet