Paris Match Belgique

« Mon fils n’est pas un terroriste » : Le père de Loup Bureau appelle les autorités turques à la raison

Loup Bureau a toujours voulu devenir reporter de guerre. | © Facebook

Société

Loïc Bureau, le père du journaliste indépendant français et étudiant à l’IHECS incarcéré en Turquie, espère que les autorités locales vont rapidement se rendre compte de leur méprise.

« Mon fils n’est pas un soutien des Kurdes, et encore moins un terroriste. C’est juste un jeune journaliste », a affirmé Loïc Bureau à la radio France Bleu. Son fils, Loup Bureau, a été interpellé la semaine dernière au poste-frontière de Habur entre l’Irak et la Turquie. Après quelques jours en garde à vue, l’homme de 27 ans, qui a notamment collaboré avec TV5 Monde, Arte et Slate, a ensuite été mis en détention par les autorités turques qui le soupçonnent d’activités « terroristes » en lien avec des combattants kurdes en Syrie.

Lire aussi > Un étudiant à l’IHECS détenu en Turquie pour « terrorisme »

Le père du journaliste a indiqué avoir eu des nouvelles de son fils jeudi 3 août via son avocat maître Pradel et précisé que son homologue turc en charge du dossier avait pu voir Loup en prison. Ce dernier est détenu dans des conditions « correctes » avec une cellule individuelle, un gardien anglophone et aurait « accès à une bibliothèque », a déclaré son père sur France Bleu.

On est chaque jour entre espoir et déception.

Loup Bureau a toujours voulu devenir reporter de guerre. Chaque été, depuis quelques années, il prend un billet d’avion direction une zone de conflit, une frontière. Après l’Égypte au printemps arabe, l’Ukraine pour un reportage sur « les enfants de Maïdan », c’était de la frontière entre l’Irak et la Turquie. « Chaque été quand il part pour des terrains de guerre, pour faire des reportages en indépendant, vous avez peur. Mais il faut apprendre à vivre avec la peur », explique son père avant d’ajouter, même si ce n’est pas le seul métier à risques, « on est chaque jour entre espoir et déception ».

Une libération urgente

Dans un communiqué transmis jeudi soir à l’AFP, ses avocats, Martin Pradel et Rusen Aytac, ont précisé que Loup Bureau avait été mis en examen par un juge qui l’a considéré comme suspect d’appartenance à « une organisation terroriste armée » et ce, malgré ses dénégations. « Au cours des interrogatoires auxquels il a été soumis, il lui a été reproché d’avoir effectué un reportage en 2013 sur les conditions de vie des populations civiles au nord de la Syrie (…). Loup Bureau, au cours de sa garde à vue et devant le juge, a confirmé sa présence sur le terrain pour des raisons strictement professionnelles. Il a souligné que les contacts avec des protagonistes sur place sont nécessaires à son travail journalistique, et que les images sur lesquelles il a été invité à s’expliquer datent de l’époque du tournage de ce reportage », disent-ils.

« Le caractère extrêmement sommaire de la procédure mise en place est inquiétant, alors que la Turquie considère trop souvent comme des terroristes les journalistes qui font indépendamment et courageusement leur travail », ont ajouté les avocats du journaliste, soulignant « l’urgence » de sa libération.

CIM Internet