Paris Match Belgique

Le 6 août 1945, une première bombe atomique touchait Hiroshima

Le dôme de Genbaku, mémorial de la paix d'Hiroshima, ou encore le dôme de la Bombe Atomique. Seul édifice à avoir résisté à l'explosion. | © EPA/A PEACE MEMORIAL MUSEUM HANDOUT

Société

Il y a 72 ans, les États-Unis larguaient sur Hiroshima la première bombe atomique de l’Histoire. Le Japon se souvient.

6 août 1945, 8h15. Une ville du sud du Japon, presque inconnue du grand public, s’inscrit dans l’Histoire dès ce jour où l’aviation américaine y a largué « Little Boy », la première bombe atomique. La déflagration a fait monter la température au sol à 4 000 degrés tuant 140 000 personnes, selon le musée du mémorial pour la paix d’Hiroshima. Trois jours plus tard, une deuxième bombe américaine faisait 74 000 morts à Nagasaki.

Le 26 juillet, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine posent un ultimatum au Japon. Via la déclaration de Potsdam, ils demandent la capitulation sans conditions du pays et la destitution de l’empereur. La menace est bien présente : si la guerre continue, le Japon sera dévasté. Il l’ignore. Suite aux bombardements ordonnés par le président Truman, le Japon cède et signe la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Hiroshima n’oublie pas

À l’occasion du 72e anniversaire de l’attaque, le Premier ministre Shinzo Abe a lancé un appel à la dénucléarisation. « Même si début juillet son pays n’a pas adopté le traité de l’Onu interdisant les armes atomiques », souligne Euronews. « Ici à Hiroshima, je renouvelle ma promesse de faire mon possible pour un monde libéré du nucléaire et une paix éternelle, a déclaré Shinzo Abe. Je prie aussi pour les victimes de la bombe atomique et les familles endeuillées, ceux qui sont ici et les citoyens de Hiroshima ».

Les survivants ont été, quant à eux, longtemps maltraités par la société japonaise, étant considérés comme le symbole de leur défaite.

Se protéger contre la Corée du Nord

À l’heure des commémorations, les regards sont également tournés vers la Corée du Nord qui multiplie les tests de missiles. Certains Japonais espèrent pouvoir faire amender la Constitution pacifiste et permettre à leur pays d’avoir une armée de défense dans le but de se protéger des tirs nord-coréens, explique France Inter.

Lire aussi > Une Corée du Nord déstabilisante face à un Donald Trump imprévisible

Hiroshima, avant

Des rues animées, des travailleurs sourires aux lèvres, des cerisiers en fleurs. Une vidéo dévoile la vie paisible à Hiroshima, une dizaine d’années avant qu’elle ne soit anéantie par l’attaque nucléaire. Un document rare numérisé par le Mémorial de la Paix. Et cela à un prix : 8 000 dollars.

CIM Internet