Paris Match Belgique

#FreeLoupTurkey : Un comité de soutien créé pour Loup Bureau

Loup Bureau, "journaliste, pas terroriste" | © Facebook

Société

Détenu en Turquie depuis le 26 juillet, le jeune journaliste indépendant Loup Bureau est suspecté par le gouvernement turc d’assistance à une organisation terroriste. Un comité de soutien a été créé ce dimanche.

Les appels à la libération de Loup Bureau se multiplient depuis son incarcération en Turquie le 26 juillet dernier. Ce dimanche 6 août, un comité de soutien a vu le jour sur Facebook pour pouvoir suivre et relayer toute information concernant ce jeune journaliste français, étudiant à l’IHECS, à Bruxelles.

« Journaliste, pas terroriste ». La photo de couverture donne le ton. « La seule raison pour laquelle Loup Bureau a été interpellé, c’est parce qu’il est journaliste », explique son avocat Me Pradel. Le journalisme est une fois de plus criminalisé. Cela devient presque courant en Turquie qui a arrêté son troisième journaliste français en douze mois.

Lire aussi > « Mon fils n’est pas un terroriste » : Le père de Loup Bureau appelle les autorités turques à la raison

La raison de cette arrestation ? Un reportage réalisé en 2013 pour TV5 Monde, auprès des combattants kurdes en Syrie (YPG), une organisation considérée comme une extension des séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et donc terroriste par la Turquie.

Il faisait son travail

En voulant couvrir la question kurde en Turquie, une question majeure à notre époque, Loup Bureau n’a fait que son travail. Il « n’a fait qu’exercer son métier de journaliste dans une zone de conflit où la répression envers la presse est de plus en plus violente. Nous appelons à sa libération immédiate », peut-on lire sur la page du comité de soutien.

Lire aussi > Mathias Depardon dénonce la « chasse aux médias » du gouvernement turc

Un cas préoccupant

Sa mise en détention inquiète ses amis et sa famille. En effet, la situation semble plus grave que celle de Mathias Depardon, autre journaliste français détenu pendant un mois et libéré en juin dernier. « Cette fois, la situation est bien plus alarmante : Loup Bureau est inculpé. Il est formellement mis en cause par les autorités turques, qui emprisonnent en masse les journalistes qui souhaitent faire preuve d’indépendance en parlant de la guerre que mène la Turquie à sa frontière syrienne », estime Me Pradel au Monde.

Loup Bureau est en détention et malheureusement, en Turquie, la détention a tendance à durer longtemps, expliquait jeudi sur franceinfo Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est-Asie centrale de Reporters sans Frontières (RSF).

CIM Internet