Paris Match Belgique

« Defend Europe » : les galères du navire anti-migrants pour rejoindre la Libye

En un mois, l'équipage du C-Star s'est déjà fait arrêter plusieurs fois par les autorités locales. | © Twitter

Société

Depuis leur départ de Djibouti, les militants d’extrême droite qui forment l’équipage du célèbre navire anti-migrants multiplient les mésaventures, retardant toujours plus leur débarquement en Libye.

C’est avec des bâtons dans l’hélice que navigue péniblement le C-Star depuis qu’il a levé l’ancre, début juillet dernier. Depuis qu’il a mis le cap sur la Méditerranée, le navire de l’opération « Defend Europe » censé lutter contre l’immigration clandestine et contrer les opérations humanitaires des ONG au large de la Libye trime pour arriver à bon port.

Barrage de pêcheurs

Repéré ce dimanche 6 août près des côtes tunisiennes, le bateau affrété par des militants d’extrême-droite risque une nouvelle fois d’être freiné en pleine course. Et c’est au tour des pêcheurs tunisiens de faire barrage contre l’équipage jugé « raciste et dangereux ».

Nous, laisser entrer des racistes ici ? Jamais !

Le message est clair : en cas d’approche du navire vers le port de Zarzis, au sud-est de la Tunisie, « nous allons fermer le canal qui sert au ravitaillement. C’est la moindre des choses vu ce qui se passe en Méditerranée, la mort de musulmans et d’Africains » en mer, a indiqué à l’AFP le président de l’Association des marins pêcheurs, Chamseddine Bourassine. « Comment ? Nous, laisser entrer des racistes ici ? Jamais ! » a déclaré de son côté un responsable du port de Zarzis.

Lire aussi > Un navire de militants d’extrême droite met le cap sur la Méditerranée pour lutter contre l’immigration clandestine

Une menace qui fait écho avec les positions de l’ONG Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui affirmait quelques jours plus tôt qu’elle s’opposerait à ce que le C-Star « accoste dans les ports tunisiens » en appelant « le gouvernement à ne pas coopérer avec son équipage raciste et dangereux ».

Mésaventures à répétition

Si le navire anti-migrants se frotte contre de nouveaux obstacles, il est loin d’en être à sa première contrariété. Bloqué, arraisonné, immobilisé, menacé : en seulement un mois, le bateau a enchaîné les mésaventures. D’abord bloqué pendant près d’une semaine dans le canal de Suez pour des problèmes administratifs, le C-Star a été immobilisé le 20 juillet au port de Suez par les autorités égyptiennes. Un arraisonnement justifié par la recherche d’armes et pour des « raisons de sécurité ».

Lire aussi > Entre navires humanitaires et trafiquants, eaux troubles en Méditerranée

Après plusieurs jours d’immobilisation et enfin parvenu en eaux méditerranéennes, le périple maritime du C-Star a de nouveau été interrompu au large de Famagouste, dans le nord turcophone de Chypre. Cette fois, le capitaine de navire et son second ont été arrêtés par les autorités locales, rapportait le quotidien chypriote Kibris Postasi ce mercredi 26 juillet. Accusés de « faux et usage de faux », d’autres membres de l’équipage ont été arrêtés ainsi que le propriétaire du navire, retardant jusqu’au 1er août leur voyage vers la Libye.

En mer et contre tous

Si les responsables de « Defend Europe » assurent que le C-Star devrait bientôt reprendre la route, ils dénoncent surtout la supposée machination des ONG « qui font tout pour empêcher le C-Star d’arriver à Catane et accomplir sa mission ». Dans un communiqué publié ce 26 juillet, l’équipe maintient le cap et assure qu’elle remplira sa mission malgré les manœuvres « scandaleuses » qui prouveraient que les ONG sont « prêtes à tout pour empêcher de révéler les situations en Méditerranée ».

Soutenus et déterminés

Afin de financer leur action visant à saboter les opérations de sauvetage des ONG humanitaires en Méditerranée, le groupe d’extrême droite européen « Génération Identitaire » (GI) avait lancé une cagnotte sur internet. Malgré une campagne d’opposition qui a poussé le service de paiement en ligne Paypal à geler leur comptes, les militants sont parvenus à récolter plus de 87 000 dollars (76 000 euros) auprès d’un millier de donateurs.

Lire aussi > Naufrage en Méditerranée : des milliers de migrants secourus

Le groupe accuse les ONG de « faire passer clandestinement des centaines de milliers de migrants illégaux en Europe » et promet de « faire quelque chose pour s’y opposer ». Si selon le droit international, forcer un bateau croisant dans les eaux internationales à gagner la Libye serait illégal, les militants du navire entendent bien « reconduire vers les côtes africaines toutes les embarcations de migrants qu’il rencontrerait ». Et ce quels que soient les obstacles à franchir.

CIM Internet