Paris Match Belgique

Un petit garçon postule comme « gardien de la galaxie » et reçoit une réponse de la Nasa

Jack Davis a neuf ans et pas vraiment froid aux yeux. | © Eirik Solheim

Société

Jack Davis, un petit Américain de neuf ans, a écrit la meilleure lettre de motivation d’« officier de protection planétaire » auprès de la NASA. Et l’agence spatiale lui a répondu.

 

Le poste existe depuis 1967, mais était jusqu’ici un secret bien gardé pour quiconque n’a pas ses entrées à la Nasa : l’agence spatiale américaine employe un « gardien de la galaxie » – l’intitulé ressemble en réalité davantage à « officier de protection planétaire », mais l’idée est là – pour protéger la terre des aliens et l’espace des humains. Et le boulot est plutôt bien payé : 187 000 dollars par an.

Lire aussi > Offre d’emploi : La Nasa recrute un « officier de protection planétaire » contre les aliens

Les conditions de l’offre – une expérience au sein du gouvernement américain et de solides connaissances dans la protection planétaire – n’ont pas fait peur à Jack Davis, un petit Américain qui a envoyé une lettre de motivation en bonne et due forme, et au crayon, à la Nasa.

« J’ai peut-être neuf ans », commence-t-il, « mais je pense convenir pour le travail », assure le garçonnet, sûr de lui. « J’ai vu presque tous les films sur l’espace et les aliens que je pouvais voir. J’ai aussi regardé le dessin animé Marvel agents of shield et j’espère voir le film Men in Black. Je suis très bon en jeux vidéo. Je suis jeune, donc je peux apprendre à penser comme un alien », se vend Jack. « L’une des raisons, c’est que ma sœur pense aussi que je suis un extra-terrestre », ajoute-t-il dans sa lettre.

Et comme il arrive à la Nasa de le faire, surtout face à un cas particulièrement mignon comme celui-ci, l’agence a répondu à Jack.

James L. Green, le directeur du département des sciences planétaires a écrit en personne au jeune « gardien de la galaxie » : « Notre poste d’officier de protection planétaire est vraiment cool et constitue un travail très important. Il s’agit de protéger la Terre des minuscules microbes quand nous ramenons des échantillons de la lune, des astéroïdes ou de Mars. Il s’agit également de protéger les autres planètes et lunes de nos germes pour explorer le système solaire de manière responsable », lui explique simplement M. Green.

Lire aussi > Katherine Johnson, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, les véritables femmes de l’ombre de la Nasa

Espérant peut-être créer une vocation chez Jack, l’homme ajoute : « Nous sommes toujours à la recherche de futurs brillants scientifiques et ingénieurs pour nous aider, j’espère donc que tu étudiera bien et sera bon à l’école. Nous espérons te voir ici, à la Nasa, un de ces jours ! » On ne sait à ce jour pas exactement quelle a été la réaction du petit garçon, mais on penche pour un gigantesque saut de joie ou une parrade narquoise devant sa sœur.

CIM Internet