Paris Match Belgique

L’armée canadienne construit un camp de réfugiés près de Montréal

Une petite fille ayant traversé illégalement la frontières entre les États-Unis et le Canada et désormais logée au centre de Blackpool, au Québec. | © AFP PHOTO / Geoff Robins

Société

Les nouvelles règles migratoires de Donald Trump forcent des demandeurs d’asile à chercher refuge au Canada, qui fait désormais installer un camp à la frontière avec les États-Unis.

Face à l’augmentation croissante de demandeurs d’asile traversant la frontière depuis les États-Unis jusqu’au Canada, Ottawa a déployé 100 soldats canadiens mercredi pour construire un camp temporaire le long de la frontière américano-canadienne au Québec. Le camp, non loin du centre de contrôle des frontières de Saint-Bernard-de-Lacolle, à environ 60 kilomètres au sud de Montréal, pourra accueillir environ 500 personnes. La construction a lieu en vue d’anticiper un flot important de demandeurs d’asile provenant des Etats-Unis, a affirmé Stephane Malepart, un porte-parole de l’agence des services de contrôle de la frontière canadienne (CBSA).

Lire aussi > « Pas d’asile ici » : Les États-Unis rejettent illégalement des demandes d’asile à la frontière

©AFP PHOTO / Geoff Robins – Une file de demandeurs d’asile patiente devant la frontière entre les deux pays, à Champlain, dans l’État de New York.

L’annonce survient alors les autorités fédérales, provinciales et municipales éprouvent des difficultés à gérer l’afflux de personnes traversant la frontière entre l’État américain de New York et celui canadien du Québec via des passages non officiels. Ces individus souhaitent mettre à profit les zones grises de la législation canadienne qui leur permettent de demander l’asile au Canada. Des fonctionnaires fédéraux de l’immigration estiment que le nombre de passages de migrants illégalement près de Saint-Bernard-de-Lacolle a quadruplé en deux semaines, passant de 50 par jour à 200.

Lire aussi > Demandeurs d’asile : Le blues des employés qui décident de leur sort

 ©AFP PHOTO / Geoff Robins – Le 4 août, Justin Trudeau a promis que son gouvernement allait redoubler d’efforts pour prendre en charge le flux de migrants fuyant les États-Unis pour le Canada.

Un refuge temporaire pour des centaines de gens a été établi à Montréal dans le stade olympique la semaine passée, et les autorités ont annoncé récemment transformé l’hôpital royal Victoria en abris pour 320 personnes. La plupart des demandeurs d’asile sont des Haïtiens vivant depuis des années aux Etats-Unis et qui risquent maintenant la déportation, en raison des nouvelles règles migratoires plus strictes de l’administration Trump.

Avec Belga

CIM Internet