Paris Match Belgique

L’Inde lance une traque mortelle contre un « éléphant tueur »

En Inde, 1 100 personnes auraient été victimes d’attaques d’éléphants ou de tigres lors des trois dernières années. | © EPA/STR

Société

Le pachyderme est traqué par le gouvernement pour avoir causé la mort de 15 personnes depuis le mois de mars dans l’État de Bihar et de Jharkhand.

S’en est assez. La sentence est tombée pour « l’éléphant tueur » qui a causé la mort de 15 personnes lors de passages dévastateurs dans des villages indiens.

Après une semaine de traque intensive, l’Inde a pris la ferme décision d’abattre le pachyderme. Le but, mettre un terme à ses expéditions meurtrières qui, depuis mars dernier, ont ont fait quatre victimes dans l’État de Bihar (à l’Est du pays) ainsi que onze autres personnes dans l’État voisin du Jharkhand.

Peine de mort

Si cette décision intervient à la veille de la journée mondiale de protection des éléphants, espèce plus que jamais menacée, elle résulte d’une incapacité des autorités indiennes à avoir pu capturer l’animal. Selon L.R. Singh, en charge de la préservation de la forêt et de la faune sauvage du Jharkhand, la tentative a échoué à cause du terrain rocheux et de la végétation dense du district de Sahibganj.

Lire aussi > Birmanie : le massacre des éléphants

« La visibilité n’est que de 15 pieds (environ 5 mètres) et il était devenu presque impossible d’endormir l’animal », a-t-il déclaré à l’AFP. « Il a déjà tué tant de personnes. Il y a eu deux morts rien que sur les quatre derniers jours. Malgré tous les efforts de nos équipes, qui ont travaillé 24h/24, 7j/7, nous n’avons pas eu d’autre choix que d’ordonner de tuer l’animal », a-t-il ajouté.

Profession : tireur d’élite

Pour être certain cette fois de ne pas rater son coup, le gouvernement indien a employé les grands moyens en faisant appel au tireur d’élite Nawab Shafat Ali Khan, qualifié comme « l’un des meilleurs » du pays. « Il a une solide expérience de la chasse aux animaux sauvages et c’est pourquoi il lui a été confié la responsabilité de tuer l’éléphant », a déclaré L.R Singh. « Nous nous attendons à ce qu’il attrape l’animal à tout moment désormais – aujourd’hui, ce soir, demain – à tout moment », a-t-il ajouté.

Un homme piétiné à mort par un éléphant dans la ville indienne de Mysore, le 8 juin 2011.© EPA/JAGADEESH NV

Elephant versus Man

Chaque année, les éléphants – souvent perdus après avoir été séparés de leurs troupeaux – tuent quelque 60 personnes dans l’État forestier du Jharkhand, a signalé L.R. Singh. Tandis que 1 100 personnes ont été victimes d’attaques d’éléphants ou de tigres en Inde lors des trois dernières années, selon les estimations.

Lire aussi > Au Zimbabwe, un chasseur meurt écrasé par l’éléphante qu’il venait d’abattre

De son côté, le ministère de l’Environnement estime que dans le pays, un humain meurt chaque jour après avoir croisé le chemin d’un animal sauvage, dont la grande majorité est écrasée par des éléphants. Une « tendance croissante », d’après L.R. Singh, qui résulte de la présence grandissante des habitations et des activités industrielles dans les forêts de la région.

Mots-clés:
inde éléphant chasse tueur
CIM Internet