Paris Match Belgique

Pour Carlo di Antonio, l’Afsca est un obstacle pour produire et consommer wallon

Pour lui, l'Afsca reste "un gros problème". | © BELGA PHOTO SOPHIE KIP

Société

Les règles actuelles de l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) sont un obstacle à la réussite d’une transition écologique alimentaire en Wallonie, estime le ministre de l’Environnement et de la Transition écologique Carlo di Antonio (cdH) dans les colonnes du Soir ce lundi.

Ce n’est pas la première fois que les règles de l’Afsca sont remises en cause. Toujours en plein scandale des œufs contaminés, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire est une nouvelle fois pointée du doigt, cette fois-ci par le ministre Carlo di Antonio (cdH). Dans le journal du Soir de ce lundi, il estime que l’Afsca est un obstacle à la réussite d’une transition écologique alimentaire en Wallonie. Sans cela, le modèle « consommer wallon » sera en grande difficulté, prédit-il.

Lire aussi > Pour le Boerenbond, un abandon de l’agriculture industrielle est « utopique »

Le centriste appelle à généraliser les productions raisonnées, respectueuses des consommateurs, des agriculteurs, de l’environnement et des animaux. Mais l’Afsca reste, à ses yeux, « un gros problème ».

Économiquement impossible

Pour Carlo Di Antonio, il est indispensable d’avoir des règles spécifiques (et non pas une simple adaptation des règles générales) pour les artisans producteurs et transformateurs, les petits éleveurs ou encore les cantines scolaires. « Rappelez-vous les épisodes de la tarte au riz ou du fromage de Herve. L’Afsca met la pression sur un secteur qui n’a jamais posé de problème majeur à l’exception d’une indigestion de temps en temps. Les règles génèrent une obligation de moyens qui rendent l’équation économique impossible : quand on doit investir 25 000 euros pour transformer un peu de lait en yaourt ou fromage, ça ne va pas », dit-il.

Lire aussi > Oeufs contaminés : les produits dérivés finiront-ils tous à la poubelle ?

D’après le ministre, « les exigences surfaites, appliquées de façon tatillonne, ont amené la disparition de nombreux artisans » et l’Afsca « est une entrave au développement de projets agro-alimentaires de petite et moyenne ampleur ».

Lire aussi > Carlo di Antonio, un politicien qui a du chien

CIM Internet