Paris Match Belgique

Quand l’Inde et le Pakistan soufflent leurs 70 bougies

Show aérien à Islamabad, capitale du Pakistan, le 12 août 2017. | © AFP PHOTO / AAMIR QURESHI

Société

Malgré les tensions politiques et sécuritaires persistantes dans le pays, le Pakistan célèbre le 70e anniversaire de son indépendance dans une ambiance festive et patriotique.

C’était en 1947, dans la nuit du 14 au 15 août, que l’empire colonial britannique des Indes se scindait en deux États : l’Inde et le Pakistan.

Alors que New Delhi fêtera son « independance day » ce mardi 15 août, Islamabad a déjà démarré les festivités dès minuit ce lundi 14 août, rapporte l’AFP. Au programme : des feux d’artifice illuminant les principales villes du pays suivi d’un grand show aérien dans le ciel de la capitale, auquel ont participé des avions turcs et saoudiens, sous les yeux ébahis des milliers de spectateurs réunis dans l’un des vastes parcs d’Islamabad.

© AFP PHOTO / AAMIR QURESHI

Amour et prospérité

Le chef d’état-major de la puissante armée pakistanaise, Qamar Javed Bajwa, a procédé à une symbolique levée de drapeau sur un mât au poste-frontière de Wagah, à la frontière avec l’Inde, entouré d’une vaste foule entonnant des chants patriotiques.

Lire aussi > Hausse inquiétante de la population au Pakistan : « Allah subviendra à nos besoins »

Dans toutes les grandes villes, c’est l’esprit patriotique qui domine. Vendeurs à la sauvette, drapeaux pakistanais, accessoires et décor urbain repeints aux couleurs de la nation ; plusieurs défilés ont eu lieu pour célébrer amour et prospérité pour le pays.

Un hommage solennel a également été rendu au père fondateur du Pakistan, Mohammad Ali Jinnah, qui repose dans un mausolée de Karachi, une métropole dans le sud du pays.

© AFP PHOTO / AAMIR QURESHI

Nations rivales

En août 1947, le démantèlement de l’empire britannique des Indes donnait naissance à deux nations distinctes, l’une à majorité hindoue et l’autre à majorité musulmane. Depuis lors, les deux nations entretiennent des relations exécrables, notamment sur la question du Cachemire – vaste territoire himalayen partagé entre l’Inde, le Pakistan et la Chine – mais que les deux pays revendiquent entièrement.

Lire aussi > 123 tués dans l’incendie d’un camion-citerne au Pakistan : les morts voulaient récupérer le carburant renversé

Si le Pakistan est également en froid avec l’Afghanistan et l’Iran voisins, il est aussi en proie à une situation sécuritaire difficile, comme l’a rappelé le sanglant attentat qui a frappé samedi soir la ville de Quetta (sud-ouest), faisant 14 morts, dont plusieurs militaires. Une attaque revendiquée par le groupe État islamique qui visait à compromettre les festivités, selon le chef de l’armée.

© AFP PHOTO / AAMIR QURESHI

Tensions politiques

Le Pakistan subit par ailleurs encore les contrecoups politiques de la destitution du Premier ministre Nawaz Sharif par la Cour suprême il y a deux semaines à la suite d’une affaire de corruption. La Cour avait «disqualifié» M. Sharif, mettant en cause son honnêteté pour n’avoir pas déclaré un salaire attribué par une entreprise détenue par l’un de ses fils aux Emirats arabes unis.

Lire aussi > Pakistan : le gouvernement met en garde contre les contenus « blasphématoires » sur internet

Controversée car jugée faiblement argumentée, cette décision a provoqué de vives tensions politiques et ravivé les craintes de voir l’armée se saisir à nouveau des rênes du pays, qu’elle a tenus pendant la moitié de son histoire. C’est la troisième fois que Nawaz Sharif est empêché de terminer un mandat. Les prochaines élections législatives au Pakistan sont attendues en juin 2018.

– Avec AFP

CIM Internet