Paris Match Belgique

Les chats noirs, ces mal-aimés

Gimo, noir et coréen. | © Instagram @1room1cat

Société

Dans l’inconscient collectif, les chats noirs ont mauvaise réputation. Ils sont associés au diable, à la sorcellerie. Du coup, chaque 17 août, les chats noirs ont le droit à leur journée afin de les célébrer et réhabiliter les croyances sur ce matou trop souvent mal-aimé et abandonné après Halloween.

 

Le 8 août, journée internationale des chats, on les célébrait tous pelages et races confondus, mais le 17 août alias le « Black Cat Appreciation Day », on ne célèbre que les chats noirs, ces grands mal-aimés depuis des siècles et des siècles -et qu’on aime bien avoir pour Halloween. Et pour cause, les chats noirs sont discriminés pour la couleur de leur pelage. Ils sont souvent victimes de violences en raison de plusieurs croyances populaires et superstitions non fondées -que l’on retrouve d’ailleurs dans des contes pour enfants et dans de nombreux films- : en croiser serait signe de mauvais présages, ils seraient des êtres maléfiques véritables suppôts de Satan, ils prédiraient la mort…

Des mauvaises mais aussi des bonnes superstitions

Bien qu’ils soient réputés pour adorer les chats -tuer un chat était passible de peine de mort-, en Égypte antique, le chat noir était assimilé à un Ethiopien noir représentant le Diable. Sur un site qui rassemble toutes les nombreuses croyances liées aux chats, on apprend, entre autres, que « lorsque le Christianisme s’est imposé comme religion d’état dans l’empire romain, le chat noir faisait peur, il était devenu une créature satanique ».

Au Moyen-âge, les animaux de couleur noire étaient associés au ténèbre. Les chats étaient brûlés vifs à la fête de la Saint-Jean : ils étaient « pendus, démembrés, bouillis, enterrés vivants, c’est une véritable Inquisition, initiée par le pape Innocent VIII, qui passe les frontières et gagne la Germanie puis l’Angleterre ». Au cours des XII° et XIII° siècles, en France, qui dit chats noirs dit chats des démons et des sorcières. Le seul fait de posséder un chat noir pouvait vous faire accuser de sorcellerie.

Lire aussi >  Selon une étude récente, les chats préféreraient les humains à la nourriture

Mais les chats noirs peuvent aussi porter bonheur. Si les marins embarquaient des chats sur leurs bateaux afin qu’ils chassent rats et souris, ils en prenaient de préférence des noirs, persuadés qu’en cas de calme plat, ils pouvaient aider à lever les vents. Les Britanniques quant à eux pensent que « la présence d’un chat noir dans la maison est de bon augure pour la jeune fille à marier : elle aura grâce à lui de nombreux prétendants. Et pour les Écossais, il apportera la prospérité » apprend-on sur Scribium.

Noir c’est noir, mais il y a encore de l’espoir

Lancée en 2011, le 17 août est une journée dédiée aux chats noirs ayant pour but de les valoriser et d’inciter les gens à les adopter. En effet, la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (la SPA britannique) explique que les chats noirs ont 70% de risques supplémentaires que les autres chats d’être abandonnés par leurs propriétaires et qu’ils attendent bien plus que les autres chats avant d’être adoptés. Murielle Normand, respondable du refuge SPA du Corniguel à Quimper (Bretagne) déclarait à France Bleu : « Il y a encore des gens qui refusent d’adopter des chats noirs, sous prétexte qu’ils porteraient malheur. Ce sont toujours les derniers à trouver une famille, ils restent en général plusieurs mois parmi nous, voire un an ou deux. Les chats tricolores ou siamois sont souvent préférés aux noirs. »

A post shared by bellcat (@1room1cat) on

Et à Halloween ?

Selon Gizmodo, il arrive que des chats noirs soient torturés à Halloween, et il est donc souvent recommandé par les refuges et associations de défenses pour animaux de bien laisser ses chats noirs à la maison le 31 octobre par précaution. Aussi, certains refuges refusent de laisser des gens adopter des chats noirs en octobre, car beaucoup en adopteraient uniquement pour s’en servir comme « accessoires » pour leur costume et les abandonneraient une fois la fête d’Halloween terminée. D’autres refuges en revanche choisissent justement de mettre les chats noirs en avant en octobre pour encourager les adoptions : « Les gens pensaient que des sorcières allaient adopter des chats noirs et les utiliser pour des rituels ou des actes répréhensibles, ce qui n’est pas du tout le cas », a déclaré Robyn Barbiers, présidente de la Anti-Cruelty Society à Chicago.

De l’amour des chats noirs

Heureusement, les chats noirs ont gagné leurs lettres de noblesse grâce à des artistes. Colette en parlait comme d‘ »une belle petite bête saine, toute noire, avec un noble profil incurvé et distant. Chatte des ombres ! Chatte plutonique ! Chatte d’alchimiste ! Chatte de minuit ! ». Dans plusieurs archives publiées par l’Ina, on y voit Charles Baudelaire, Louis Nucéra et Georges Brassens qui évoquent leur amour pour les félins noirs, ainsi qu’André Malraux ou encore Alain Delon et Rama, sa petite chatte noire qu’il compare à une œuvre d’art. Philippe Ragueneau, journaliste et écrivain aimait tant son chat noir Moune qu’il lui a écrit deux livres. En 1950, dans une émission radio consacrée aux fantômes, Christine Garnier racontait l’histoire du feu Rousty la moustache, qui bien que décédé revenait régulièrement la hanter. Mais gentiment. Car les chats noirs restent de chouettes chats. La preuve dernièrement avec Luna, qui a sauvé en Caroline du Sud aux États-Unis toute une famille d’un terrible incendie.

 

CIM Internet