Paris Match Belgique

Attaque à Barcelone : un nouveau bilan de cent blessés, dont plusieurs Belges

Les touristes attendent l'autorisation de la police pour rejoindre leur hôtel sur le boulevard des Ramblas. | © AFP PHOTO / JAVIER SORIANO

Société

Treize personnes au moins ont été tuées et plus de cent blessées quand une camionnette a foncé dans la foule sur une avenue touristique de Barcelone, a annoncé le gouvernement de la région.

À quelques heures de l’attaque perpétrée sur les célèbres pavés des Ramblas, le bilan des blessés continue de s’alourdir.

Ce jeudi 17 août, une camionnette a foncé dans la foule sur les célèbres Ramblas, une avenue très prisée des touristes, en plein centre de Barcelone.

Toujours plus de victimes

L’attaque qualifiée de terroriste a tué au moins treize personnes, dont un Belge, et fait une centaine de blessés, selon le dernier bilan communiqué par le gouvernement catalan. « Nous pouvons confirmer en ce moment qu’il y a 13 morts et plus d’une centaine de blessés », a déclaré à la presse le responsable de l’Intérieur du gouvernement régional catalan, Joaquim Forn.

Lire aussi > Second attentat en Espagne : sept blessés, cinq terroristes présumés abattus

Les services d’urgence faisaient état de 80 blessés dont 15 graves, mais « nous savons que d’autres blessés se sont rendus directement dans les hôpitaux, et ce chiffre d’une centaine pourrait augmenter », a déclaré Joaquim Forn. Le bilan des morts pourrait aussi s’alourdir, a-t-il ajouté.

© AFP PHOTO / Nicolas CARVALHO OCHOA

Une Belge parmi les victimes

C’est Didier Reynders qui l’annoncé sur son compte Twitter, hier dans la soirée. Une Belge figure parmi les victimes. La victime fauchée par la camionnette sur les Ramblas est une femme néerlandophone, originaire de Tongres. Le consulat belge est entré en contact avec la famille de la victime et le décès a été confirmé par la Guardia Civil.

Plus tard dans la soirée, le chef de la diplomatie a également confirmé que ses services consulaires étaient aussi en contact avec des Belges hospitalisés. « Il y a beaucoup de Belges à Barcelone en ce moment. Nous avons déjà contacté différentes familles. Dans la plupart des cas, les appels ont livré des informations positives, excepté cette mauvaise nouvelle », a encore indiqué Didier Reynders.

Attaque revendiquée

Quelques heures après l’attaque, le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l’attentat dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq.

« Les assaillants de l’attaque de Barcelone étaient des soldats de l’État islamique », indique le communiqué relayé sur le réseau social Télégram, ajoutant que « l’opération a été menée en réponse aux appels à cibler les États de la coalition » internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak.

Deux suspects arrêtés

Deux personnes ont été appréhendées en rapport avec l’attentat et sa préparation, un ressortissant marocain et un Espagnol. Il s’agit respectivement de Driss Oukabir, interpellé à Ripoll, et un individu originaire de l’enclave Mellila intercepté à Alcanar, dans l’extrême sud de la Catalogne.

Lire aussi > Quatre individus liés aux attentats de Bruxelles arrêtés en Espagne

Driss Oukabir aurait loué deux vans qui auraient été utilisés pour l’attentat perpétré à Barcelone. Un des véhicules a été utilisé sur l’artère touristique et l’autre a été retrouvé dans la localité de Vic, a indiqué le chef du Mossos. Selon Josep Lluís Trapero, le chef des Mossos d’Esquadra (la police catalane), le Marocain a été reconnu en rue par une patrouille du Mossos et arrêté.

Il y a deux mois, la CIA, le service de renseignement américain, avait averti la police catalane d’un possible attentat à Barcelone, a indiqué le journal espagnol el Periodico sur son site internet. Dans son avertissement, la CIA avait prévenu que Barcelone pouvait être une cible, mettant l’accent sur le site très touristique des Ramblas.

Driss Oukabir. © AFP PHOTO / Spanish National Police / HO

L’Espagne rattrapée par la folie meutrière

Cette attaque à l’aide d’une voiture ou d’un camion comme arme de terreur renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d’attentats imputés ou revendiqués par le groupe État islamique à Nice, Berlin ou Londres.

L’Espagne, troisième destination touristique au monde, a été pour l’heure épargnée par les attentats du groupe État islamique ayant touché d’autres capitales européennes, telles Londres, Paris, Bruxelles, Berlin. Mais c’est à Madrid qu’avaient eu lieu les attentats islamistes les plus meurtriers jamais commis en Europe : le 11 mars 2004, des bombes avaient explosé dans des trains, faisant 191 morts.

– Avec Belga

CIM Internet