Paris Match Belgique

22 000 Américains veulent remplacer une statue de Confédérés par celle de Missy Elliott

La chanteuse Missy Elliott en 2010. | © EPA/DOMINIC FAVRE

Société

La chanteuse américaine Missy Elliott est plébiscitée par une pétition pour remplacer un monument aux Confédérés en Virginie.

 

« Qui mieux pour représenter la culture et l’esprit de la ville (…) que la rappeuse, danseuse et productrice récompensée d’un Grammy Award Missy (…) Elliott ? », demande tout de go une pétition américaine, déjà signée 22 000 fois. « La » ville, c’est Portsmouth, en Virginie, qui pourrait se débarasser d’ici peu de l’obélisque de granit en hommage aux « morts confédérés » de la cité. À la place, un certain Nathan Coflin propose d’ériger une statue à la gloire d’une « authentique héroïne » de Portsmouth.

L’auteur de la pétition rappelle qu’avant de devenir une rappeuse respectée, « Missy Misdemeanor » était Melissa Arnette Elliott, née dans la petite ville indépendante de Virginie. « Issue d’un milieu humble, en tant qu’enfant unique d’une mère travaillant dans une entreprise énergétique et d’un père soudeur en chantier naval, elle est devenue une artiste à disque de platine, après avoir vendu 30 millions d’albums« , rappelle Coflin, avant d’ajouter : « Tout cela, sans n’avoir jamais possédé aucun esclave ». Un monument en l’honneur de la rappeuse serait pour lui un moyen de « renverser la suprémacie blanche, la retourner et l’inverser ».

Lire aussi > Baltimore se débarasse de ses statues problématiques en une nuit

La proposition est à mettre en lien avec une vague de contestation quant à la présence, en 2017, de nombreuses statues à la gloire des Confédérés aux États-Unis. L’indignation a été exacerbée la semaine dernière suite à la mort d’une femme innocente, renversée par la voiture d’un néonazi à Charlottesville, en marge d’une manifestation opposant des suprémacistes blancs et leurs détracteurs autour de la statue d’un certain Robert E. Lee.

Depuis, une autre campagne avait déjà proposé d’imposer le groupe Outkast sur une fresque confédérée en Georgie, raconte Fact Mag.

Lire aussi > À la haine blanche de Charlottesville, un poète américain oppose la « joie noire » de Beyoncé et Kendrick Lamar

CIM Internet