Paris Match Belgique

Avortement et mariage gay : les dernières avancées du Chili

Des manifestants s'étaient opposés à la dépénalisation de l'avortement mais le Tribunal a tranché. | © AFP PHOTO / Martin BERNETTI

Société

Au Chili, le Tribunal constitutionnel a validé ce lundi la dépénalisation de l’avortement thérapeutique, alors que le pays fait un pas de plus vers l’ouverture du mariage aux couples homos.

Déjà approuvée par le Parlement la semaine passée, la dépénalisation de l’avortement thérapeutique a été validée par le Tribunal constitutionnel du Chili ce lundi. Une excellente nouvelle lorsque l’on sait que l’IVG n’était autorisée sous aucune circonstance. Officiellement, le Chili enregistre quelque 30 000 avortements, mais on estime que les interruptions clandestines pourraient être de l’ordre de 160 000, rapportait le Figaro en juillet.

Lire aussi > Les Texanes devront désormais prendre une « assurance viol » pour couvrir leurs avortements

Après deux années de débat intense, la présidente Michelle Bachelet, principale promotrice du projet, pourra désormais promulguer la loi. La semaine dernière, la socialiste avait affirmé que cette loi était « le minimum dû par le Chili à ses femmes », assurant que son gouvernement défendrait « sa pertinence et sa constitutionnalité », rapporte Libération.

Trois causes d’avortement autorisées

Malgré le feu vert début août de la Chambre des députés puis du Sénat, l’AFP explique que les parlementaires de l’opposition ont saisi le Tribunal constitutionnel car ils estiment que le texte porte atteinte au principe du droit à la vie figurant dans la Constitution. L’institution a rejeté « les deux recours (déposés par la droite, ndlr) par six votes contre quatre, au sujet des trois causes d’interruption de grossesse » désormais autorisées, pour les femmes dont la vie est en danger, qui ont été violées ou dont le fœtus est jugé non-viable, a déclaré Rodrigo Pica, secrétaire général du Tribunal constitutionnel, lors d’une conférence de presse.

Après ce feu vert du Tribunal constitutionnel chilien, il reste 18 pays dans le monde interdisant totalement l’avortement, dont Haïti, le Congo et le Vatican.

Lire aussi > Malte, paradis pour touristes et enfer pour l’avortement

Autre avancée : le mariage gay

Deux ans après avoir mis en place une union civile pour tous les couples, le Chili s’apprête à faire une autre avancée, une autre promesse de la président Bachelet lors de sa campagne. Le gouvernement chilien va présenter un projet de loi ouvrant le mariage aux couples homos, selon Libération. Le texte prévoit ainsi de supprimer la référence au genre dans les contrats de mariage, alors signés par « deux personnes de même sexe ou de sexe différent ».

« Le projet prend également en compte l’adoption et la filiation homoparentale mais il prend aussi en considération les techniques de procréation médicalement assistée », s’est réjoui de son côté Rolando Jimenez, président du Movihl. Verdict le 28 août prochain.

(Avec Belga)

CIM Internet