Paris Match Belgique

De « pêche Hotton » à « dis moi Huy », 3 Belges détournent avec humour les panneaux de signalisation

Mettre la Belgique sur la carte grâce à l'humour potache | © Clara Leclef

Société

Mises en scènes, jeux de mots efficaces et humour potache : telle est la recette du succès de « Ne tombez pas dans le panneau », la page Facebook aux 47 723 likes derrière laquelle se cachent trois jeunes originaires de Dinant. Leur mission : mettre la Belgique sur la carte avec dérision, en détournant les panneaux de signalisation. 

C’est en mars 2014 que l’idée germe dans le cerveau de Corentin, Sylvain et Julien. De retour du cinéma, après avoir vu le dernier film de Rémi Gaillard, les trois copains décident de l’imiter à leur manière. « On avait envie de se faire remarquer comme lui, mais de manière plus douce et plus fun, afin de pouvoir toucher un public de tous les âges. En surfant sur le net, Corentin est tombé sur des détournements de noms de grandes marques en y ajoutant un mot ou l’autre, et ça nous a donné l’idée d’un concept qui pourrait être sympathique ». Ne restait plus qu’à le mettre en pratique, et c’est le capricieux climat belge qui leur a mis le pied à l’étrier. « On connaissait le petit village d’Haversin, et ils annonçaient justement de la pluie pour le lendemain, alors on a fait notre premier détournement avec un simple « Haversin demain ». On a publié la photo sur le profil Facebook de Corentin, et très vite, les gens se sont pris au jeu et nous en ont demandé d’autres ».

« Notre seule envie est de faire rire »

Très vite, la machine médiatique s’emballe, d’articles locaux à la presse nationale et les dizaines de milliers de likes se multiplient sur la page. Qui n’avait plus été alimentée depuis 2015, et reprend aujourd’hui de l’essor après qu’un site d’info parisien se soit emparé de leurs jeux de mots illustrés. Un regain d’intérêt qui enthousiasme les trois copains. « Nous sommes surpris à chaque fois que quelqu’un partage le concept , mais au delà de nos frontières , c’est encore plus flattant, sourit Sylvain Dubasin, un des trois fondateurs du projet. Surtout que nous avons lancé ce concept grâce à l’humoriste français Rémi Gaillard . Nous avons comme seule envie de faire rire un public de tous les âges en montrant que la jeunesse peut se faire remarquer autrement que par des scandales ».

Lire aussi > Pablo Andres, l’humour en uniforme

Ne tombez pas dans le panneau

La seule manière dont les trois amis défraient la chronique : par le biais de leur succès de masse instantané. S’y attendaient-ils ? « Bien sûr que non ! Au début, nous avons posté une photo sur notre propre Facebook afin de faire rire les copains pour le poisson d’avril. Voyant que nos amis partageaient et que la photo était likée une centaine de fois, on a décidé de faire une page Facebook , de là le  » buzz » s’est fait avec des dizaines d’interviews sur la même semaine & 30 000 likes en moins d’un mois ». Un engouement qui a demandé un sacré investissement aux humoristes en herbe, qui ont été contraints de mettre le projet sur pause.

Ne tombez pas dans le panneau

Nouveaux horizons

« Nous avons dû arrêter il y a 2 ans par manque de budget. Pour avoir des publications pour deux mois, il nous fallait faire 4-5 panneaux par jour, ce qui représente un sacré budget déguisements, mais aussi beaucoup de kilomètres parcourus. En plus, comme nous sommes trois, il fallait être tous disponibles le même jour, ce qui n’est pas toujours facile », regrette Sylvain. Qui reconnaît toutefois que si la page venait à atteindre les 50 000 likes, le regain d’engouement leur apporterait certainement la motivation nécessaire pour recommencer à photographier les panneaux. « Depuis plus ou moins un mois, la page fait à nouveau parler d’elle, et on aimerait vraiment bien relancer le projet ».

Ne tombez pas dans le panneau

Leur rêve ? « Notre photo rêvée, ce serait un cliché aux côtés de Rémi Gaillard, puisqu’après tout, c’est un peu grâce à lui que nous en sommes là aujourd’hui. Qui sait, peut-être qu’en se faisant connaître petit à petit de nos amis français, on y arrivera un jour ! Si on avait plus de budget, ce serait génial d’aller faire des détournements de panneaux en France aussi. On adorerait pouvoir donner rendez-vous à des célébrités et faire des photos avec eux dans leurs villes ou leurs villages ».

CIM Internet