Paris Match Belgique

La demande de libération du journaliste Loup Bureau rejetée par les autorités turques

Le 23 août, lors du rassemblement organisé à Paris par Reporters sans frontières et le Comité de soutien de Loup Bureau. | © BELGA/AFP PHOTO/THOMAS SAMSON

Société

La Belgique accompagne les démarches françaises en vue d’obtenir la libération de Loup Bureau, journaliste français étudiant à l’IHECS et détenu en Turquie, a indiqué ce vendredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l’issue d’un entretien avec le père du jeune homme, Loïc Bureau. Une libération qui vient d’être rejetée par les autorités turques.

 

Une demande de libération du journaliste français Loup Bureau a été rejetée par les autorités turques, ont indiqué ses avocats, Martin Pradel et Rusen Aytac, sur Twitter.  « Nous venons d’apprendre le rejet de la demande de libération déposée au nom de Loup Bureau. C’est un combat. Il continue », a déclaré vendredi soir Me Martin Pradel. Et les conditions de détention du jeune homme ont été modifiées. « Loup Bureau a été affecté aujourd’hui dans une autre cellule, sans aucune raison. Désormais privé de TV, sa seule compagnie », a indiqué Me Aytac.

Lire aussi > Pourquoi la mobilisation politique peine à se mettre en place pour Loup Bureau

En raison de l’état d’urgence décrété en Turquie, la détention de Loup Bureau pourrait encore durer plusieurs mois. Les possibilités de contact téléphonique avec la famille sont également réduites à un coup de fil toutes les deux semaines. Un premier entretien entre le père et son fils a déjà eu lieu et un autre est prévu dans les prochains jours. « Loïc Bureau est conscient qu’il y a une mobilisation en Belgique en faveur de son fils mais notre capacité d’action a ses limites. Nous devons respecter les initiatives françaises. Mais il s’agit d’un étudiant dans une école belge. J’estime que nous avons aussi un rôle à jouer dans la limite d’une action dite humanitaire », a ajouté le ministre.

Loup Bureau est emprisonné en Turquie depuis le 26 juillet. Il est accusé par le gouvernement de « participation à un groupe terroriste », pour avoir réalisé un reportage télévisé en 2013 pour TV5 Monde dans le Kurdistan syrien sur une unité de protection du peuple kurde (YPG), combattant contre l’État Islamique.

(Avec Belga)

CIM Internet