Paris Match Belgique

Le plus gros astéroïde observé depuis plus d’un siècle s’apprête à frôler la Terre

Il faudra attendre 2050 avant qu’il ne passe de nouveau près de chez nous. | © Flickr : Kevin Gill

Société

Vu pour la dernière fois en 1981, Florence reste le plus gros astéroïde jamais observé en plus d’un siècle.

Il s’agit « du plus grand objet céleste à passer aussi près de notre planète », annonçait la Nasa sur son site internet. En effet, ce vendredi 1er septembre, l’astéroïde Florence passera à une distance de sept millions de kilomètres de la Terre.

Lire aussi > La NASA veut inspirer les nouvelles générations avec des affiches rétro-futuristes

Le plus gros astéroïde à frôler la planète bleue « depuis la découverte du premier astéroïde dans le voisinage terrestre il y a plus d’un siècle », a précisé l’agence spatiale. « Alors que de nombreux astéroïdes connus ont croisé la Terre à une distance plus faible que ne le fera Florence vendredi 1er septembre, tous étaient plus petits », a noté Paul Chodas, le responsable du Centre de la Nasa pour l’étude des objets à proximité de la Terre.

Une occasion rare qui ne se représentera pas avant 2050

Gros d’environ 4.4 kilomètres de diamètre, Florence volera entre la Terre et Mars pendant aux moins deux mois avant de disparaître de la circulation du voisinage terrestre pendant plus de cinquante ans. En effet, il faudra attendre 2050 avant qu’il ne passe de nouveau près de chez nous.

Lire aussi > Un petit garçon postule comme « gardien de la galaxie » et reçoit une réponse de la Nasa

L’occasion est si rare que les scientifiques pourront observer de bien plus près l’object céleste. « Les images obtenues devraient permettre de déterminer les dimensions précises de l’astéroïde et pourraient aussi révéler des détails de sa surface avec une précision de dix mètres », a estimé la Nasa.

Pour les inquiets, pas de panique. Le passage de l’astéroïde ne présente aucun danger pour la planète, a rassuré la Nasa. Même si « environ tous les 2000 ans, une météorite de la taille d’un stade de football frappe la planète dévastant la zone d’impact et les environs », rappelle la Nasa. Des impacts qui cependant ne menacent la civilisation humaine qu’une fois tous les quelques millions d’années, selon l’agence spatiale américaine.

 

 

CIM Internet