Paris Match Belgique

Une pénurie de médecins généralistes d’ici 20 ans

La Belgique francophone pourrait perdre la moitié de ses généralistes en 20 ans. | © BELGA PHOTO ANTHONY DEHEZ

Société

À politique inchangée, la Belgique francophone pourrait voir sa densité de médecins généralistes diminuer de moitié au cours des 20 prochaines années, peut-on lire lundi dans Le Soir.

D’ici 20 ans, le nombre de généralistes francophones pourrait diminuer de moitié, révèle une enquête du Soir parue ce lundi. En 2037, la Communauté française devra compter sur 5,09 médecins généralistes pour 10 000 habitants, contre 9,9 en 2012, soit la moitié de sa force de travail actuelle. C’est le « scénario de base » prédit par la Commission de planification, organe chargé d’organiser l’offre médicale dans le pays.

En Flandre, qui part de bien plus haut, le nombre de médecins généralistes glissera de 12,03 pour 10 000 habitants en 2012 à 7,94, soit une baisse de 34%.

Lire aussi > À Mons, la solidarité s’organise pour préparer l’examen d’entrée en médecine sans se ruiner

Étudiants compris

Ces données, inquiétantes pour le patient, intègrent l’entrée dans le monde du travail des fameux étudiants francophones surnuméraires qui, de 2007 à 2015, ont échappé à toute tentative de filtre au grand dam de la Flandre, note le quotidien, qui relève les critiques de plus en plus marquées envers le système belge de planification des ressources médicales.

Déjà existante dans certaines communes

En mai dernier, le Journal du Médecin révélait déjà, par le biais d’une étude, que 55 communes wallonnes connaissaient une pénurie sévère de médecins généralistes, contre 39 seulement en début d’année. En plus de ces 55 communes, 68 autres sont susceptibles d’être en pénurie. « Au total, ce sont donc pas moins de 123 communes wallonnes qui connaissent des difficultés en matière de présence normée de généralistes. Soit presque la moitié des communes wallonnes », qui sont au nombre de 262.

Lire aussi > Près d’un tiers des jeunes médecins français souffre de dépression

Vieillissement de la population de médecins combiné au non-renouvellement des médecins qui quittent leur cabinet, voilà la principale raison pour laquelle ce problème s’aggrave depuis quelques années. En effet, l’âge moyen d’un médecin généraliste est 52,8 ans. « 13,3 % des médecins généralistes actifs en Wallonie, soit 455 personnes, ont plus de 65 ans », précise Maxime Prévot (cdH).

(Avec Belga)

CIM Internet