Paris Match Belgique

Des cartes postales pour Loup

De France ou de Belgique, tout le monde est invité à envoyer à Loup Bureau l'un de ces petits mots réconfortants. | © BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Société

Alors que le journaliste de 27 ans est emprisonné depuis un mois, son comité de soutien mobilise ses amis et les anonymes pour une opération « cartes postales ».

« Birakmiyoruz Loup » – « On ne lâche rien, Loup ». Ce ne sont que des mots sur une carte postale, mais peu savent aujourd’hui l’effet qu’ils peuvent avoir sur le jeune journaliste français, enfermé depuis maintenant plus d’un mois. L’idée du courier spontané, c’est une idée du comité qui soutient Loup Bureau depuis le début de son emprisonnement par l’État turc. Il « s’ennuie dans sa cellule », assure le collectif, tandis que son père confiait dans une interview à Paris Match : « Mon fils a normalement un tempérament gai et enjoué. Et là, ce n’est plus le cas du tout. Nous sommes vraiment inquiets ».

Lire aussi > [INTERVIEW] Loïc Bureau : « Mon fils Loup risque 30 ans de prison »

Du coup, le comité « Free Loup Turkey » propose aux amis et supporters du journaliste de faire envoyer dans sa cellule de courtes missives joyeuses. « Mais évitez les cartes avec beaucoup de texte en français et les femmes dénudées », précise le groupe. « Pour que celles ci passent la censure, elles doivent être écrites en turc uniquement », prévient-il, en mettant à disposition quelques phrases traduites : « Chaque jour, on pense à toi », « On va te sortir de là », ou encore, non sans humour, « J’espère que tu aimes la méditation ». De France ou de Belgique, tout le monde est invité à envoyer à Loup Bureau l’un de ces petits mots réconfortants.

Les cartes postales ne sont pas les seules manifestations de soutien au jeune homme emprisonné en Turquie. Le département infocom de son ancienne université bretonne s’est rassemblé aujourd’hui dans l’auditoire que Loup avait fréquenté en 2011 et 2012. Debout, droits comme des « i » et pancarte à la main, toutes les promos et leurs professeurs se sont rassemblés pour une action symbolique.

Le département infocom de l'IUT de Lannion soutient Loup Bureau

Le département infocom de l'IUT > Lannion n'oublie pas Loup. Toutes les promos se sont rassemblées avec leurs enseignants, dès la rentrée, hier, dans l'amphi où notre ami étudia le journalisme en 2011-2012. Un représentant du comité a pu intervenir pour rappeler la situation de Loup après 40 jours d'emprisonnement, l'état du journalisme en Turquie et les initiatives prises depuis l'Europe. Tandis que l'information fait son chemin dans les couloirs des autres sections, un accrochage de banderole est déjà prévu sur le campus à destination de l'extérieur. #FreeLoupTurkey▶ Etudiants et personnels ont été invités à signer la pétition : https://lc.cx/chuP▶ Ainsi qu'à envoyer une carte à Loup : https://lc.cx/cEoHMerci à eux ! 🤝

Publié par Free Loup Turkey – Comité de soutien à Loup Bureau sur lundi 4 septembre 2017

L’IHECS, haute école bruxelloise où Loup devait présenter ce lundi son mémoire de fin d’études, a quant à elle décidé de reporter la défense de celui-ci, en concertation avec sa famille et le jury. « L’IHECS suit toujours de près l’évolution de la situation de l’étudiant et mettra tout en œuvre pour qu’il puisse défendre son mémoire à son retour lorsque son état le lui permettra et dans les meilleures conditions », assure l’établissement.

 

CIM Internet