Paris Match Belgique

Disparu depuis plus d’un siècle, le tigre est de retour au Kazakhstan

En 100 ans, la population de tigres sauvages est passée de 100 000 à 3 900 individus. | © Flickr : jimmyk9

Société

Le Kazakhstan va devenir le premier pays au monde à réintroduire le tigre dans une région d’où il avait disparu depuis environ un demi-siècle.

Après de longues années d’absence, le tigre pourrait bientôt refaire son apparition en Asie centrale. En collaboration avec le WWF, la république du Kazakhstan vient d’annoncer un projet de réintroduction du tigre dans son habitat historique d’Illi-Balkhash, a-t-on appris de vendredi 8 septembre.

Pays précurseur

Cet accord entre le pays d’Asie centrale et le Fonds mondial pour la nature a pour but de mettre en oeuvre un programme conjoint de réintroduction du tigre dans la région. Le Kazakhstan deviendra ainsi le premier pays au monde à initier une opération de la sorte.

Lire aussi > Dernière chance pour sauver le léopard des neiges

« Nous sommes honorés d’être le premier pays d’Asie centrale à mettre en œuvre un projet d’aussi grande envergure, qui ne se contentera pas de réintroduire le tigre dans son habitat historique, mais protégera également l’écosystème unique de la région d’Illi-Balkhash », a relevé Askar Myrzakhmetov, ministre de l’agriculture de la République du Kazakhstan.

Doubler la population d’ici 2022

C’est que l’heure est grave pour les tigres, dont la population a baissé de 90% au cours du dernier siècle, selon les chiffres de WWF. En cause, le braconnage et la perte des plaines d’inondation et des habitats côtiers. 3 200, c’était le faible nombre d’individus encore vivants en 2010. Un chiffre alarmant qui a aussitôt rassemblé les treize pays abritant encore le félin afin de mettre en place un plan d’action destiné à protéger le tigre et à doubler sa population à l’horizon 2022.

Le programme de réintroduction du tigre au Kazakhstan est unique et sans précédent.

Le Bangladesh, le Bhoutan, le Cambodge, l’Inde, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, le Népal, La Russie, la Thaïlande et le Vietnam se sont ainsi lancés dans le projet « Tx22 » qui veut doubler le nombre de félins dans le monde d’ici la prochaine année chinoise du Tigre. Un projet dans lequel s’inscrit justement la toute première initiative du Kazakhstan. « Jusqu’ici, des projets de réintroduction du tigre ont uniquement été réalisés à l’intérieur de frontières nationales et dans des régions considérées comme des habitats naturels du tigre », souligne WWF.

Flickr : PROPhalinn Ooi

Restaurer l’habitat naturel

Pour réintroduire l’espèce disparue dans ses contrées, le gouvernement kazakh délimitera une nouvelle réserve naturelle afin de restaurer l’habitat unique constitué par la forêt ripicole du lac Balkhash. Et qui dit restaurer l’habitat dit protéger la faune existante et réintroduire certaines proies (disparues elles aussi) indispensables au tigre, comme le kulan ou le cerf de Bactriane. Une bonne nouvelle aussi pour le lac Balkhash – l’un des plus grands lacs d’Asie et une importante réserve d’eau du bassin de la rivière Illi – qui sera dès lors préservé de manière à servir de territoire idéal pour la réintroduction d’une population vivace de tigres.

Lire aussi > Tigre de Tasmanie : sur la piste mystérieuse du loup australien disparu

« Le plus gros travail reste à faire. Nous devons accroître nos efforts pour préparer cette région à la réintroduction du tigre et, pour cela, intégrer toutes les parties prenantes. Dans ce but, nous devons lutter contre le braconnage et les activités illégales, disposer de gardes formés et bien équipés, maintenir une population de proies dynamique et faire participer les communautés locales », a encore précisé Ekaterina Vorobyeva, directrice du programme du WWF-Russie en Asie centrale.

Flickr : Ken_from_MD

Si tout le monde s’y met…

Pendant ce temps, le WWF-Belgique oeuvre pour une réintroduction nécessaire au Cambodge. En favorisant la reconnexion de la réserve naturelle de Phnom-Prich et des forêts du Mondulkiri et en prenant des mesures efficaces de protection de la biodiversité, le WWF prépare le terrain pour le retour du prédateur.

Lire aussi > Thaïlande : ces éléphants qui font le show pour les touristes

Comme le précise l’ONG, si les treize « pays du tigre » s’investissent pleinement, le rêve de voir revenir le tigre sauvage et d’autres espèces sauvages disparues pourrait devenir réalité. L’objectif global étant d’atteindre une population viable d’au moins 6 000 tigres sauvages à l’échelle mondiale.

CIM Internet