Paris Match Belgique

Les Chinois privés de fromage français

Camembert, brie, roquefort : les autorités sanitaires chinoises ont renforcé leurs normes et bloquent les exportations de produits fromagers français. | © Flickr : Smabs Sputzer

Société

Depuis trois semaines, certains fromages directement importés du terroir français ne passent plus la frontière vers la Chine.

« Adieu brie, roquefort, camembert et crottins de chèvre ! », s’exclament en cœur (et en pleurs) les plus grands amoureux du fromage des quatre coins de la Chine. La nouvelle est tombée ce vendredi 8 septembre : les autorités sanitaires ont décidé de bloquer l’importation de plusieurs fromages étrangers, notamment français.

« Des produits qu’on a fait importer n’ont pas pu passer la douane depuis trois semaines », déplore Vincent Marion à l’AFP, cofondateur de Cheese Republic – la principale boutique en ligne de vente de fromages en Chine. La cause de cette condamnation, un « renforcement des critères » des autorités sanitaires, d’après les fournisseurs.

Lire aussi > Le fromage n’est pas la bombe calorique que vous croyez, selon une étude

Tout un fromage !

Au grand dam des passionnés de french-cheese vivant en Chine, de nombreux produits à pâte molle sont recalés à la douane depuis plusieurs semaines. Parmi les bannis : le camembert, le brie, les fromages bleus tout comme ceux à base de lait de chèvre. Rien qui ne concernerait – jusqu’à présent – les fromages à pâte dure. Soulagement général : les consommateurs de l’Empire du Milieu pourront toujours profiter d’une raclette, se procurer du comté ou de la tomme de Savoie ou encore agrémenter leurs plats de l’incontournable emmental. « L’importation de produits à tartiner, type Tartare, Saint-Morêt ou Kiri, devrait encore être possible », ajoute Vincent Marion.

Il ne nous reste qu’un camembert en stock. On l’a mis au congélateur, en souvenir… et en espérant que l’interdiction soit levée.

Un blocage qui agace aussi les restaurateurs, privés de mets raffinés de plus en plus prisés. En effet, les produits laitiers connaissent une popularité grandissante, surtout auprès de la clientèle étrangère. « Avec mes associés, ça fait des mois qu’on travaillait sur une nouvelle carte. On a lancé des plateaux de charcuterie et de fromages français. Ça marchait du tonnerre. Mais d’un seul coup, c’est beaucoup de travail et d’idées qui s’effondrent », raconte le gérant d’un restaurant français à Pékin.

© Flickr : Chiot’s Run

Protectionnisme laitier

« La Chine, on le constate année après année, rend de plus en plus compliquée l’importation de produits étrangers. Là, je pense qu’elle veut protéger son industrie laitière », estime le dirigeant de Cheese Republic. « Mais la restriction est tellement forte que ça revient à faire du protectionnisme », juge-t-il.

Lire aussi > Échappée belge : 10 choses surprenantes sur la vie en Chine

En matière de protectionnisme, la Chine se montre plus qu’efficace en favorisant des entreprises purement nationales. Un danger pour les multinationales trop implantées sur ce marché. Résultat : le consommateur Chinois consomme toujours un peu plus… 100% chinois.

CIM Internet