Paris Match Belgique

Attentat présumé du Louvre : après l’alerte, les politiques réagissent

L'individu responsable de l'attaque n'a pas encore été identifié. | © AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

Société

Un homme armé d’une machette a tenté de pénétrer dans le Louvre ce vendredi matin. Un militaire en patrouille a ouvert le feu sur l’individu.

Un militaire a ouvert le feu sur un individu armé d’une machette dans le quartier du Louvre à Paris, ce matin. « Un événement grave de sécurité publique est en cours à Paris dans le quartier du Louvre, priorité à l’intervention des forces de sécurité et de secours », précise le ministère français de l’Intérieur sur Twitter. Pour ce dernier, l’incident est sérieux.

L’homme à la machette s’est précipité sur les militaires et policiers en patrouille au musée en criant « Allahu Akbar » (« Dieu est grand » en arabe), d’après M. Cadot de la préfecture de police de Paris. Un militaire a tiré cinq balles, dont l’une au moins a blessé l’individu au niveau de l’abdomen, mais l’attaquant est vivant et a été pris en charge par les pompiers de Paris. Ses jours sont actuellement en danger. L’un des militaires a quant à lui été blessé au cuir chevelu.

D’après la police, l’homme, dont on ne connait pas encore l’identité, a tenté d’entrer dans la boutique située au sous-sol du musée. Il était muni de deux sacs à dos ne contenant, selon la préfecture de police, aucune trace d’explosif.

D’après le premier ministre français Bernard Cazeneuve, il s’agit « visiblement » d’une attaque à « caractère terroriste ». D’après L’Express, le parquet antiterroriste a déjà ouvert une enquête. Néanmoins, le gouverneur militaire de Paris, Bruno Le Ray, a qualifié l’attaque de « volontaire », sans pour autant faire allusion au terrorisme. Pour le porte-parole du Ministère de l’intérieur, « cet événement nous rappelle que la menace est présente et que la sécurité est l’affaire de tous ».

Le Louvre évacué

L’accès du Louvre est pour l’instant interdit au public et les lieux sont désormais sous cordon de sécurité policier. Un périmètre d’exclusion a également été mis en place autour des jardins et du Carrousel. Les visiteurs du musée ont quant à eux été maintenus dans des zones sécurisées, le temps que tout soit sous contrôle. Ils vont désormais être évacués par petits groupes, après avoir été fouillés. Début décembre, un exercice lié à ce genre d’évènement avait eu lieu au Louvre : le personnel et la police était donc prêt pour une intervention sur les lieux.

Depuis le début des évènements, une seconde personne a été interpellée. Son implication dans l’attaque reste à définir, selon le Ministère de l’intérieur.

« La France à nouveau sur le fil »

Les réactions des politiques français n’ont pas tardées à apparaitre sur les réseaux sociaux. Marine Le Pen et Benoît Hamon, tous deux candidats à la présidentielle 2017, ont marqué leur soutien au soldat blessé dans l’attaque.

Sans surprise, le président américain Donald Trump a réagi sur Twitter quelques heures après les faits, à partir de son compte personnel. Le tweet est acerbe et demande aux États-Unis d’être « intelligents », manifstement à l’inverse du pays attaqué : « Un nouveau terroriste islamique [sic] radical vient juste d’attaquer le musée du Louvre à Paris. Les touristes sont enfermés. La France à nouveau sur le fil. Soyez intelligents, U.S. »

En deux ans, la France a subi plusieurs attentats revendiqués par l’État islamique. 230 personnes ont péri dans les attaques, dont la plus récente est celle de Nice, tuant 86 marcheurs sur la promenade. En septembre, deux potentiels attentas avaient été déjoués, dont l’un par un groupe de femmes ayant garé une voiture contenant des bonbonnes de gaz devant la cathédrale Notre Dame de Paris. Les élections présidentielles ayant lieu dans trois mois à peine, la sécurité du territoire est l’une des grandes préoccupations du moment.

Mots-clés:
louvre armé militaire
CIM Internet