Paris Match Belgique

En Australie, les écolières peuvent (enfin) porter des pantalons

En Australie, la réglementation est particulièrement stricte en matière de code vestimentaire. | © Flickr : NEFATRON

Société

En Australie-Occidentale, les jeunes filles étaient jusqu’à présent obligées de porter la jupe pour se rendre sur les bancs de l’école.

Dans de les nombreux pays du monde qui imposent l’uniforme à leurs élèves, la même règle est souvent de mise : celui des filles doit d’office se décliner en version jupe. Et pas trop courte, s’il vous plaît.

Royaume-Uni, Mexique, Philippines, Thaïlande, Japon, dans le public ou dans le privé, on ne compte plus les nations qui accoutrent leurs bambins de chemises boutonnées, de cravates multicolores et de jupettes plissées. Et parmi celles qui appliquent les réglementations les plus strictes en matière d’habit réglementaire, l’Australie bien sûr.

Bye bye dress-code

Dans l’état d’Australie Occidentale qui couvre tout l’ouest du pays, l’uniforme est imposé au cours de toute la scolarité, que ce soit dans le public presque autant que dans le privé. Et celui des filles n’a jamais dérogé à la règle : chemise, pull, blazer… et jupe à carreaux. Mais le dress-code vient tout juste de changer.

Lire aussi > Shorts au travail : la révolte des hommes qui ont chaud

En réponse à la plainte d’une jeune étudiante de 11 ans, le Département de l’éducation a annoncé qu’il modifierait le code vestimentaire de l’État. L’objectif, offrir aux jeunes filles davantage « d’options vestimentaires ». L’heure est donc à la révolution dans les cours de récréation où les filles sont désormais autorisées à porter des pantalons ainsi que des shorts.

Photo d’illustration. © Flickr : Toshihiro Gamo

Juste une option

Depuis des années, les parents australiens dénoncent ces réglementations jugées autoritaires et passéistes et revendiquent le droit de leurs enfants à s’habiller autrement que ne l’impose le règlement. Une revendication qui fut enfin entendue à travers l’appel de Krystina Myhre qui, après avoir découvert que sa fille Sofia ne pouvait pas porter de shorts à l’école, a écrit à la ministre de l’éducation de l’État, Sue Ellery, réclamant un assouplissement.

Lire aussi > Ce café australien fait payer une taxe supplémentaire aux hommes

« Ma fille et ses amies sont très contrariées » écrit Krystina Myhre. « Cette règle restreint leurs mouvements, dit-elle, parce qu’elle les angoissent sur leurs corps et leur espace. Être cantonnées aux jupes rend difficile la participation aux activités athlétiques », peut-on lire dans le New York Times. En effet, pour l’étudiante de 11 ans, un tel dress-code complique certaines activités, notamment sportives.

Si le changement annoncé par la ministre de l’Éducation ne concerne pas les écoles privées, de nombreux établissement privés de la ville de Perth ont signalé leur désir de s’aligner sur cette nouvelle législation. Autoriser les pantalons pour les uniformes des filles restera néanmoins une option. « Il ne s’agit certainement pas de renoncer à l’uniforme traditionnel », a déclaré Robert Henderson, directeur du collège John XXIII, une école privée catholique à Perth.

CIM Internet