Paris Match Belgique

Mise au point sur l’île de Saint-Martin : le cliché d’un soldat et d’une jeune rescapée crée la polémique

« J’ai pris cette photo de façon instantanée. Ni le militaire, ni la petite n’ont 'posé' », a expliqué le photographe. | © Capture d'écran

Société

La photo détonne dans un contexte de crise humanitaire : un militaire au sourire tendre, tenant dans ses bras une fillette, victime de l’ouragan Irma. Certains considèrent ce cliché comme un moyen d’oublier les tensions, d’autres le voient comme une propagande politique malsaine. Le journaliste, auteur de la photo, se justifie de ces accusations…

Matthieu Mondoloni, l’appareil photo en joue, l’oeil dans le viseur, mitraille l’évacuation qui se déroule dans l’aérogare de Saint-Martin, île dévastée par le monstre Irma. Parmi les centaines de clichés pris ce jour-là, une photo ressort du lot : un militaire tient dans ses bras une jeune fille fatiguée par la situation. Ce lundi 11 septembre, le journaliste de France info poste la photo sur son compte twitter, inconscient alors de la polémique qu’il allait créer.

C’est la douceur qui se dégage du cliché qui tape à l’oeil de nombreux internautes, qui s’empressent alors de le partager. Même si Matthieu Mondoloni lui-même ne considère pas la photo « si réussie ».

L’image de la solidarité pour les uns

« J’ai vu arriver ce militaire, très jeune, avec cette petite fille à moitié endormie et ses parents épuisés. Il la tenait tellement affectueusement… J’ai trouvé cette scène très touchante. J’ai évidemment demandé l’avis du militaire pour savoir s’il était d’accord pour la photo », raconte le journaliste à l’Express.

Lire aussi > Ces « chasseurs de tempêtes » qui affrontent l’ouragan Irma

La solidarité semble primer entre les habitants et les aides dépêchées sur place. « C’est même ce qui fait tourner l’île, estime le journaliste. Je suis moi-même bénéficiaire de cette solidarité, j’ai été hébergé gratuitement dans une résidence par un homme qui nous a ouvert la porte et qui a refusé qu’on le paie. »

L’image de la propagande malsaine pour les autres

Voilà maintenant une semaine que l’ouragan Irma est passé, laissant peu de chance aux habitants de l’île de Saint-Martin. Laissés pour compte par un gouvernement qui a pris trop de temps à réagir, les citoyens lèchent leurs plaies. Ils fusillent du regard le président français, Emmanuel Macron, qui est arrivé sur l’île ce mardi 12 septembre afin d’apporter un discours de solidarité et de répondre aux critiques sur la gestion par les autorités de l’ouragan Irma.

Lire aussi > Irma : L’apocalypse racontée par un habitant de Saint-Barthélémy

Le cliché arrive à un bien mauvais moment. Les habitants ont un goût amer dans la bouche, pourquoi les autorités françaises ont-elles mis tant de temps à intervenir sur l’île ? De nombreux internautes critiquent la photo, qu’ils considèrent comme étant le produit d’une propagande politique malvenue.

“Le gentil militaire Blanc venu sauver un bébé noir. Colon un jour, mentalité de colon toujours”, s’exclame notamment l’un de ces internautes.

Le photographe se défend

Selon Thomas Snegaroff, chroniqueur à France info, c’est une photo « que l’on préfère aux polémiques ». Des paroles qui ont vite échauffé les esprits, car considérées comme une forme de mépris envers les personnes qui se sont interrogées sur l’inaction des pouvoirs publics français.

Lire aussi > Irma : Le sauvetage de deux lamantins échoués émeut la toile

Mais si le cliché déplaît à certains, Matthieu Mondoloni s’est défendu sur twitter ce mardi : sa photo n’est pas une propagande pour les militaires français. « J’ai pris cette photo de façon instantanée. Ni le militaire, ni la petite n’ont ‘posé’ », a-t-il expliqué. « Oui ce soldat était ému, heureux, d’aider cette petite fille et sa famille à entrer dans l’aérogare. Oui, comme beaucoup d’habitants, ils ont sans doute dû attendre des heures sous le soleil avant de pouvoir entrer. Oui, les militaires que j’ai vus dans cette aérogare font tout ce qu’ils peuvent pour aider et sont souvent tristes de ne pouvoir faire plus. » Et le journaliste d’ajouter : « Ce genre de débat stérile me semble tellement loin de ce que vivent TOUS les gens (habitants, secours, militaires, etc.) ici, très, très loin. »

– Mailys Chavagne (st.)

CIM Internet