L’explosion dans le métro à Londres fait 18 blessés

Les secours se sont rendus rapidement sur place. | © AFP PHOTO / Adrian DENNIS

Société

Ce vendredi matin, alors que plusieurs personnes se trouvaient à bord d’un métro londonien à la station Parsons Green, une explosion a eu lieu dans l’un des wagons. Les services d’urgence et les autorités sont sur place, il y aurait 18 blessés selon un premier bilan. Selon la BBC, la thèse terroriste serait retenue.

La police dépêchée sur place affirme qu’une enquête est en cours afin de découvrir les causes de l’explosion qui a eu lieu dans un métro à la station de Parsons Green. « Nous avons été informés d’un incident à la station de métro Parsons Green. Les agents sont sur place. Plus d’informations dès que possible », a tweeté le compte officiel de la police britannique. Les services de secours ont précisé que 18 blessés avaient dû être hospitalisés.

Un seau aurait explosé dans une rame à ParsonGreen dans le métro londonien

Les passagers ont fui, après qu’une « boule de feu » ait blessé plusieurs voyageurs au visage. Les premières images montrent un pot de peinture dans un sac, en train de brûler dans un sac en plastique de supermarché à l’intérieur d’une rame de métro. Le pot aurait explosé, envoyant une boule de feu aux visages de certains passagers.

Lire aussi > Attentats : une pilule pour combattre le trauma des victimes

Les experts en terrorisme sont descendus sur place pour évaluer la situation et déterminer si l’explosion peut avoir une origine volontaire. La police a indiqué qu’il était « trop tôt » pour déterminer la nature exacte de cet attentat. « Nous considérons qu’il s’agit de la détonation d’un engin explosif artisanal improvisé », a déclaré M. Rowley lors d’un bref point presse devant le quartier général de Scotland Yard, rapporte l’AFP.

Scène de panique

Selon Sky News, la police étudie la piste d’un engin artisanal qui n’a pas totalement explosé. Louis Hather, 21 ans, qui se rendait à son travail et se trouvait dans la rame, a décrit à l’AFP une scène de panique « des gens qui criaient et se précipitaient dans les escaliers ». Blessé à la jambe dans la bousculade, il a réussi à sortir dans la rue où « des gens pleuraient. Ça sentait le plastique brûlé », a-t-il raconté, très choqué, décrivant aussi « une femme amenée sur un brancard dans une ambulance avec des brûlures sur tout le corps ».

La journaliste de la BBC Riz Lateef, qui se trouvait dans la station pour se rendre à son travail, a également évoqué une scène de « panique » et « des gens qui se précipitaient hors du train ». Une autre témoin, Robyn Frost, arrivait elle à la station quand elle a vu des gens fuyant le métro. « Je suis entrée dans la station, il y avait du sang sur le sol et des gens qui se précipitaient dans les escaliers en criant sortez ! », a-t-elle dit, sur la BBC. Sur place, des habitants qui ne pouvaient pas rentrer chez eux étaient assis sur trottoir et tentaient de glaner des informations en suivant les informations sur leurs téléphones, tandis que les commerces aux alentours leurs offraient du thé ou du café.

Peu après l’explosion, le maire de Londres Sadiq Khan a condamné les « individus ignobles qui tentent d’utiliser le terrorisme pour nous toucher et détruire notre mode de vie« . « Mais nous nous laisserons jamais ni intimider ni battre par le terrorisme », a-t-il assuré. La Première ministre Theresa May a, quant à elle, adressé « ses pensées » aux blessés et aux services d’urgence qui « une fois de plus, ont réagi rapidement et courageusement à un incident terroriste présumé ».

Lire aussi > Attentat de Londres : ils témoignent de l’horreur

L’attentat, non revendiqué à ce stade, intervient dans un contexte de menace terroriste après une vague d’attentats revendiqués par le groupe jihadiste État islamique ces derniers mois au Royaume-Uni.

CIM Internet