En Tunisie, les musulmanes vont pouvoir se marier avec des non-musulmans

En Tunisie, les musulmanes vont pouvoir se marier avec des non-musulmans

Fini les obligations de conversion à l'islam | © Belga / EPA/ALAA BADARNEH

Société

La circulaire était vieille de 44 ans, et dénotait grandement dans un pays où les femmes se battent pour plus de libertés. Elles en ont acquis une nouvelle cette semaine : à la demande du président Béji Caïd Essebsi, la circulaire encadrant l’union des Tunisiennes musulmanes a été annulée. 

Effet premier : ces dernières pourront désormais se marier en Tunisie avec des non-musulmans. «Tous les textes liés à l’interdiction du mariage de la Tunisienne avec un étranger, à savoir la circulaire de 1973 et tous les textes semblables, ont été annulés. Félicitations aux femmes de Tunisie pour la consécration du droit à la liberté de choisir son conjoint», a ainsi déclaré l’avocate et militante féministe Saïda Garrach, porte-parole de la présidence de la Tunisie.

« Contraires à la Constitution »

Une victoire pour les Tunisiennes, mais aussi pour les organisations de la société civile, qui se battaient depuis plusieurs mois pour que la question soit abordée par les autorités. Il y a quelques semaines, des militants des droits humains avaient dénoncé ces circulaires « contraires à la Constitution qui stipule l’égalité entre hommes et femmes, et sont une violation du droit fondamental de tout être humain à choisir son conjoint ».

Lire aussi > La Tunisie lance une police contre la prolifération des déchets

Jusqu’à présent, si elles voulaient que leur mariage soit valide en Tunisie, les Tunisiennes ayant choisi d’épouser un non-musulman devaient fournir un certificat de conversion à l’islam de leur futur mari. Une obligation désormais obsolète, et une nouvelle avancée pour les Tunisiennes. En juillet dernier, le Parlement avait en effet voté une loi empêchant les violeurs d’épouser leurs victimes pour éviter les poursuites.

Vers l’égalité totale

Prochain combat pour l’égalité hommes-femmes en Tunisie ? Obtenir l’égalité en matière d’héritage. Actuellement, les femmes continuent en effet d’hériter de la moitié de ce qui revient aux hommes. Une injustice qui pourrait bientôt être réparée : le 13 août dernier, le président tunisien a profité de la journée de la femme en Tunisie pour avancer que le pays se dirigeait vers « l’égalité dans tous les domaines ».

CIM Internet