Paris Match Belgique

Saint-Louis : La mobilisation contre les violences policières et l’injustice tourne mal

Plusieurs policiers ont été blessés. | © AFP PHOTO / Elijah Nouvelage

Société

Depuis vendredi soir, les Américains de Saint-Louis manifestent après l’acquittement d’un policier blanc qui avait tué un jeune Noir en 2011. D’abord pacifique, le mouvement de protestation a dégénéré en violences pour la deuxième nuit consécutive.

Nouvelle nuit de manifestations et de violences à Saint Louis, dans le Missouri. Ce vendredi, quelques dizaines de manifestants ont défilé dans les rues de cette ville, contre l’acquittement d’un policier blanc Jason Stockley qui avait abattu en 2011 un jeune Noir de 24 ans, Anthony Lamar Smith, soupçonné d’être un dealer. Réveillant le spectre des tensions raciales dans une Amérique régulièrement secouée par des brutalités policières.

« Arrêtez de nous tuer » ou « Black Lives Matter », les panneaux dénonçant les violences policières contre les Noirs aux États-Unis étaient nombreux. La police était bien sûr présente en masse pour surveiller la manifestation, d’abord pacifique.

Lire aussi > Mouvements racistes : la face sombre de l’Amérique

Vendredi soir, puis samedi soir, les fins de manifestation ont pourtant tourné à la violence, rapporte Le Figaro. « Des heurts ont éclaté entre une centaine de manifestants, dont certains portaient des marteaux et des bâtons, et la police anti-émeute qui leur à ordonné de se disperser ». Vitrines de commerce brisées, maison de Lyda Krewson, maire de Saint-Louis, visée, cannettes lancées sur la police… Ces heurts se sont soldés par 33 arrestations et dix policiers blessés.

Acquittement révoltant

Un juge de Saint-Louis a exonéré Jason Stockley, un ancien officier de police, blanc, des accusations de meurtre contre Anthony Lamar Smith, trafiquant de drogue présumé, noir, tué en 2011 au terme d’une course-poursuite avec la police.

Jason Stockley a affirmé avoir vu Anthony Lamar Smith tenter de saisir un revolver dans sa voiture, mais l’arme n’apparaît pas sur les images de la caméra embarquée dans la voiture de police, ni sur celles prises par un témoin sur son téléphone portable et par la caméra de surveillance d’un restaurant voisin.

Une arme a pourtant été retrouvée sur le siège passager. Comme le ministère public n’a pu prouver avec certitude qu’elle avait été déposée par Stockley, le juge a estimé qu’il était en état de légitime défense. Le juge Wilson a expliqué dans sa décision qu’en « près de 30 ans d’expérience au tribunal, un trafiquant de drogue sans arme à feu serait une anomalie ».

Le juge a également écarté la piste de préméditation. Le policier avait pourtant dit à son collègue, alors qu’il poursuivait Anthony Lamar Smith qui essayait de leur échapper en voiture : « Je vais tuer ce gars », rapporte RFI.

La maire de St. Louis, Lyda Krewson, dont la maison a été prise pour cible, s’était déclarée « consternée par ce qui est arrivé à Anthony Lamar Smith » et « désabusée » par cet acquittement.

Le verdict résonne particulièrement à Saint-Louis, lieu d’émeutes en 2014 après la mort de Michael Brown, 18 ans, tué par un policier blanc qui avait échappé à toutes poursuites pénales.

En 1968 ou en 2017 ?

Le groupe de rock U2 a dû annuler son concert prévu samedi soir. Le chanteur Bono a exprimé ses regrets sur Instagram, déclarant : « Je suis en train de relire un discours de Martin Luther King et je me demande si nous sommes en1968 ou en 2017 ».

CIM Internet