Paris Match Belgique

Jusqu’à ce que la mort les sépare : après 75 ans d’amour, ils meurent le même jour

Jean et George Spear se sont mariés le 22 août 1942. | © Flickr : Diana Robinson

Société

Mariés pendant la Seconde Guerre mondiale, ces deux nonagénaires sont décédés à quelques heures d’intervalle.

« Pour t’aimer et te chérir jusqu’à ce que la mort nous sépare. » Cette promesse, ils se l’étaient faite en 1944. Et pourtant, même la grande faucheuse n’a pas réussi à les séparer. 75 ans plus tard, Jean et George Spear ont rendus leur dernier souffle… à quelques heures d’intervalle.

À la vie à la mort

C’est une histoire touchante que rapporte le Ottawa Citizen. Un mois après avoir célébré leur 75e anniversaire de mariage, une épouse de guerre britannique et son mari canadien sont décédés le même jour dans un hôpital d’Ottawa.

Lire aussi > Quand l’amour à l’italienne atteint des sommets : ils deviennent le premier couple à gravir les plus hauts sommets du monde

1941, en pleine Seconde Guerre mondiale, le couple se rencontrait pour la première fois sur la piste de danse d’un bal à Londres. Un an plus tard, le 22 août 1942, les jeunes amoureux se passaient la bague au doigt à Kingston upon Thames, dans la banlieue londonienne. « J’étais là, dans ma robe rouge, mon époux pourra vous le confirmer. Il est venu et m’a invité pour une danse », se souvient Jean dans une interview donnée en 2006 à CBC News. « Il portait ses bottes de soldat, mais il pouvait danser. Et son rythme était parfait. Alors nous n’avons dansé avec personne d’autre de toute la soirée. »

Âgée de 94 ans et souffrante d’une pneumonie, Jean Spear est décédée ce vendredi 15 septembre à l’hôpital Carleton de Queensway. Quelques heures plus tard, son époux qui avait été admis dans le même établissement est mort dans son sommeil. « Bouleversés » par la « soudaineté » de la nouvelle, les enfants des deux défunts racontent : « On se raconte des anecdotes pour se rassurer. Mais ça défie toute sorte de logique. On a été bouleversés par la soudaineté de la chose ».

La recette du bonheur… et de l’amour

En 2006, le couple était retourné à Londres en compagnie de leurs deux enfants. Jean avait alors été décorée de l’Ordre de l’Empire Britannique par la reine Elizabeth II pour son travail avec les épouses de guerre canadiennes et les victimes de Londres pendant la guerre.

Lire aussi > L’homme le plus vieux du monde, survivant de l’Holocauste, est mort

En 2011, le couple était officiellement invité à une réception privée en présence du prince William et Kate Middleton. À cette occasion, George avait montré à la Duchesse de Cambridge un photo de son épouse qu’il avait gardé précieusement dans son béret de soldat. « Kate m’a demandé si j’avais toujours gardé cette photo sur moi, j’ai répondu: ‘à travers toute la guerre, et jusqu’à aujourd’hui' », avait-il expliqué.

Jean avait quant à elle partagé sa recette secrète du bonheur dans un interview au Kitchissippi Times. « Quand nous nous sommes mariés, nous étions aux anges. Tout au long de notre vie, avec ses hauts et ses bas, nous savions que nous allions bien ensemble. Nous le savions et n’avons jamais manqué de nous l’avouer. »

CIM Internet