Paris Match Belgique

Hema abandonne les différences de genre entre ses vêtements « filles » et « garçons »

Une belle initiative contre les stéréotypes de genre. | © BELGA PHOTO YORICK JANSENS

Société

La chaîne néerlandaise des magasins Hema vient de faire un (petit) pas de plus vers la fin des distinctions entre les sexes : elle ne va plus différencier les rayons filles et garçons. 

Fini les rayons « filles » et « garçons », bonjour au rayon « Kids » ! Aux Pays-Bas, les magasins Hema vont supprimer les indications de genre sur leurs vêtements pour enfants, d’ici la fin de l’année 2017, révèle De Volkskrant. Une belle initiative contre les stéréotypes de genre que l’on doit surtout à une fillette de 10 ans. Selon le quotidien néerlandais, elle en avait marre de porter des sous-vêtements avec des cœurs roses, elle a donc fait part de son mécontentement à la chaîne de magasins.

Lire aussi > Après avoir révolutionné la télé, MTV s’attaque aux distinctions de genre

Des réactions « ridicules »

Cela ne signifie pas que Hema arrêtera de vendre des vêtements avec des cœurs roses ou des pyjama Batman, ou que tous leurs vêtements seront gris ou bruns. Simplement, les indications « garçon » et « fille » n’apparaîtront plus sur les différents paquets et les étiquettes de vêtements pour enfants. Une précision qui change un peu la donne mais cette (petite) nouvelle a tout de même provoqué une petite polémique aux Pays-Bas. Une réaction « ridicule », selon le magazine néerlandais Elle. « Pourquoi certaines personnes ont-elles peur du mot ‘genre’ ? Surtout, lorsqu’il est combiné à ‘neutre’ ? » Selon Elle, cette étiquette n’était même pas nécessaire. « Aucun parent a décidé un jour de ne pas acheter un vêtement parce qu’il n’y avait pas d’étiquette qui indiquait si c’était pour un garçon ou une fille ».

Lire aussi > Discours ému : Emma Watson reçoit le premier prix non-genré de l’Histoire

L’initiative d’enfants

L’association ‘genre’ et ‘neutre’ fait-elle vraiment peur ? Du côté des parents, certainement. Chez les enfants, pas du tout. Au contraire, il n’est pas rare de voir des filles ou des garçons réclamer des vêtements qui sont soi-disant pour le sexe opposé. Comme pour la chaîne Hema, Gap a également été interpellé par une fille, de 5 ans cette fois-ci. Cette dernière a écrit à la marque en début d’année parce qu’elle en avait marre du rose et des princesses. Fan des « t-shirts cool comme ceux avec Superman et Batman », Alice a demandé à Gap de faire des vêtements aussi « cool » pour les filles. « Elle ne comprend pas pourquoi cela doit être étiqueté garçon alors que les choses étiquetées filles ne lui ressemblent pas du tout », expliquait sa mère au Huffington Post. Jeff Kirwan, le PDG de la marque lui a répondu, disant qu’elle avait raison. « J’ai parlé à nos designers et nous allons travailler sur des choses plus amusantes qui, je pense, vont te plaire », écrit-il dans le mail relayé par le Washington Post le 28 mars.

CIM Internet