Paris Match Belgique

Face aux rafles bruxelloises, la résistance citoyenne s’organise pour protéger les migrants

Cette Bruxelloise a accueilli une famille de réfugiés | © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Société

Entre 150 et 200 migrants du parc Maximilien ont été hébergés pour la nuit, ces trois derniers jours, chez des citoyens déconcertés par les arrestations de migrants effectuées dans les alentours du parc Maximilien et de la gare de Bruxelles-Nord, a indiqué jeudi Mehdi Kassou, membre de la plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés.

Cela fait plus d’une dizaine de jours que la plate-forme lance des appels aux citoyens pour héberger des migrants durant la nuit. « Les rafles ont stimulé les gens à proposer un hébergement et les chiffres ont augmenté de manière exponentielle », constate Mehdi Kassou. « On était à 10-15 par jour au début et on est monté à 30, 50… On a placé 60 personnes lundi soir, 50 mardi et 87 hier soir. Certains sont invités à rester deux à trois jours, d’autres une semaine. La majorité quitte les hébergements la journée. Il ne doit rester qu’une dizaine de personnes à la gare du Nord ».

Lire aussi > Le parc Maximilien en alerte humanitaire

Engagement à respecter

La plate-forme vient par ailleurs d’envoyer un courrier aux responsables politiques des communes, de la Région et du fédéral ainsi qu’aux syndicats, pour rappeler que la Belgique s’est engagée à accueillir plus de 3.800 demandeurs d’asile en provenance d’Italie et de Grèce et qu’elle a seulement accepté quelque 900 personnes.

Activer la clause de souveraineté

La plate-forme remarque que la Hongrie et la Slovaquie viennent d’être condamnées ce mois-ci par la Cour de Justice de l’Union européenne. Elle demande à la Belgique d’activer la clause de souveraineté contenue dans les accords de Dublin afin de ne plus renvoyer les demandeurs d’asile concernés en Italie et d’examiner leur situation en Belgique.

CIM Internet