Paris Match Belgique

La « mort sociale », fléau des personnes âgées

Éloignés du cercle familial et amical, la situation s'aggrave pour les personnes âgées de 85 ans et plus. | © Flickr : Alex Chavez

Société

Une étude de l’association française les Petits frères des pauvres alerte sur la situation de « mort sociale » dans laquelle sont de plus en plus de seniors.

On appelle ça la « mort sociale ». Un terme fort qu’ont choisi les Petits frères des pauvres pour désigner et dénoncer la situation préoccupante des personnes âgées.

Seuls et isolés

Dans une étude relayée par le quotidien La Croix, l’association révèle qu’en France, 900 000 personnes âgées de 60 ans et plus sont isolées de leur famille et de leurs amis. Parmi elles, 300 000 seraient « en situation de mort sociale ».

Lire aussi > « Vieillesse ennemie » : lutter le temps d’une journée contre la maltraitance de nos aînés

Éloignés du cercle familial et amical, la situation s’aggrave d’autant plus pour les personnes âgées de 85 ans et plus. Selon l’étude publiée ce jeudi 28 septembre, 21 % des 60 ans et plus seraient isolés de leurs voisins, 22 % de leur famille, 28 % de leurs amis et 55 % des réseaux associatifs.

Qu’il s’agisse des membres de la famille, des bons vieux copains ou des bénévoles, les seniors de 60 et plus « ne rencontrent quasiment jamais ou très rarement d’autres personnes », indique les Petits frères des pauvres. Parmi les plus touchés, les femmes de plus de 75 ans aux revenus modestes. D’après l’association, 67% de ces femmes ne savent pas à qui se confier, et 39% considèrent qu’elles ne peuvent s’appuyer sur personne, notamment dans leurs activités quotidiennes.

Photo d’illustration. Flickr : Mohd Hafizuddin Husin

Repli sur soi et « exclusion numérique »

L’association pointe également ce qu’elle appelle « l’exclusion numérique ». En effet, 31 % des plus de 60 ans n’utilisent jamais Internet, contre près de la moitié pour les 75-84 ans, et 68 % pour les 85 ans et plus. « À ce niveau, on ne peut plus parler de fracture numérique mais d’exclusion qui se cumule, pour les plus âgés, aux risques d’isolement et de repli sur soi », souligne-t-on.

Lire aussi > Que reste-t-il de notre vie sur Internet une fois qu’on est mort ?

Selon ce sondage, reprend La Croix, les principales préoccupations des seniors sont la perte d’un proche, la perte de l’autonomie et la maladie. La solitude et l’isolement préoccupent 28% des sondés.

Face à ce constat, l’association relève néanmoins deux « piliers forts » que sont la famille et les amis. Des « valeurs sûres » plus que précieuses pour les personnes âgées.

CIM Internet