Paris Match Belgique

« Domestikator », l’œuvre refusée par le Louvre pour sa connotation sexuelle

Ce n'est pas non plus la première fois que les œuvres contemporaines ne plaisent pas en France. | © Capture d'écran/Twitter

Société

Domestikator, c’est une œuvre monumentale qui ne verra jamais le jour à Paris puisque le musée du Louvre l’a refusée pour sa représentation d’un acte sexuel. 

Bon ou mauvais goût, l’art contemporain n’a jamais fait l’unanimité. Récemment, c’est même le musée du Louvre qui n’en est pas convaincu. L’installation monumentale, signée par l’Atelier Van Lieshout ne prendra pas place dans le jardin des Tuileries au sein du parcours hors-les-murs de la Foire internationale de l’art contemporain 2017, qui l’avait officiellement acceptée. L’œuvre, de 30 tonnes et de 12 mètres de haut, baptisée Domestikator, a été retirée du programme par le Louvre au motif de la « connotation sexuelle » de la pièce, rapporte Libération. Les deux blocs géométriques évoquent en effet un couple en pleine levrette, voire un homme et son chien. Pour l’artiste néerlandais Joep Van Lieshout, cette œuvre gigantesque serait une sorte d’allégorie du viol de la nature par l’homme avec une lecture, au second degré, explique France Inter.

Lire aussi > Derrière le mystérieux sourire de Mona Lisa

Dans une lettre adressée à la FIAC, le président du Louvre Jean-Luc Martinez a déclaré que Domestikator pourrait être « mal perçu par notre public traditionnel du jardin des Tuileries », soulignant qu’à côté de son emplacement destiné se trouvait une aire pour enfants. Mais il a également reconnu que l’œuvre « déjoue de façon ludique et artistique la domination sur la planète Terre ».

Censure en France

Ce n’est pas la première fois que l’œuvre se présentait au public. En 2015, le collectif l’avait déjà dévoilée à Bochum, en Allemagne, où elle n’avait suscité aucune controverse ni censure. « Elle avait été très bien reçue », juge l’artiste, qui se dit très surpris du refus en France. « Je ne trouve pas cette œuvre provocante, sûrement pas plus que ce qui circule sur les réseaux sociaux. Mais aujourd’hui, il y a énormément d’autocensure, les musées ont tellement peur des remarques qu’ils excluent ou interdisent énormément de choses, redoutant une polémique enflammant les réseaux Facebook et Twitter. Mais c’est le rôle des musées d’expliquer les œuvres, et donner aux visiteurs les informations nécessaires à leur compréhension ! »

Lire aussi > Les pieds dans le plat : Un homme saccage gentiment une œuvre d’Yves Klein en marchant dessus

Ce n’est pas non plus la première fois que les œuvres contemporaines ne plaisent pas en France. À la FIAC 2014, le « Tree » de l’Américain Paul McCarthy, sur la place Vendôme à Paris, avait rapidement été comparé à un plug anal, suscitant l’ire des anti-contemporains. Ce sapin de Noël vert fluo en plastique gonflable avait été vandalisé puis retiré de la place Vendôme. Le scandale avait encore été plus loin, trop loin : l’artiste avait également été agressé.

AFP PHOTO / BERTRAND GUAY
Mots-clés:
louvre Musée Domestikator
CIM Internet