Le drôle de CV d’un prix Nobel semble tiré d’un épisode de « The Big Bang Theory »

Le drôle de CV d’un prix Nobel semble tiré d’un épisode de « The Big Bang Theory »

Le Suisse Jacques Dubochet a reçu le prix Nobel pour ses avancées sur la cryo-microscopie électronique. | © AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI

Société

Jacques Dubochet, co-lauréat du Nobel de Chimie cette année, a un CV loufoque qui vaut le détour, entre expériences personnelles et révélations scientifiques.

Il a reçu la récompense ultime de sa discipline. Mercredi 4 octobre, Jacques Dubochet a reçu, avec deux autres personnes, le prix Nobel de Chimie pour sa méthode révolutionnaire : la cryo-microscopie électronique. Mais le Suisse fait aussi l’actualité pour une raison plus légère. Son CV semble tiré tout droit d’un épisode de The Big Bang Theory.

« Conçu par des parents optimistes »

C’est sur le site de l’Université de Lausanne, où Jacques Dubonnet est professeur, que l’on peut mettre la main sur ce drôle de curriculum vitae. Octobre 1941, le scientifique explique qu’il a été « conçu par des parents optimistes ». À la manière de Sheldon Cooper, le personnage déjanté de la série comique et scientifique The Big Band Theory, il continue la liste de ses expériences. Quelques années plus tard, alors haut comme trois pommes, il raconte qu’il n’a plus peur du noir. La raison ? « Le soleil revient. C’est Copernic qui le dit », écrit-il.


Lire aussi > Jackpot pour les lauréats du Nobel 2017, qui remporteront 1 million de plus

Dans les années 1950, l’apprenti chimiste explique que « cordes, aiguilles, cordes et allumettes », ont été les outils de ses premières expériences scientifiques. Autre exemple, il nous dit qu’il est devenu « le premier dyslexique du canton de Vaud ». Un grand tournant dans sa carrière qui lui a permis « d’être mauvais en tout et de comprendre ceux en difficulté ».

Un CV pour un parcours auréolé de succès

« C’est quelqu’un de très agréable, mais qui n’est pas comme tout le monde », a déclaré l’un de ses collègues au Huffington Post. Ce scientifique atypique n’a pas chômé et son travail est désormais reconnu par le monde entier. Âgé de 75 ans, le professeur émérite de l’université de Lausanne a réagi auprès du quotidien suisse Le Temps sur l’attribution du Nobel. « Dans un moment comme ça, le sentiment qui s’impose aujourd’hui est celui d’une très grande reconnaissance. Ils sont sympas à Stockholm, ça, c’est vrai, c’était pas évident », a-t-il déclaré. Le CV de Jacques Dubochet comportera désormais une information on ne peut plus sérieuse : « Prix Nobel de chimie 2017 ».

CIM Internet