Paris Match Belgique

« Monacogate » : La Tsarine contre-attaque

Dmitri Rybolovlev avec son avocate Tetiana Bersheda (en troisième position) en 2012. | © Patrice Aim / Icon Sport

Société

Repliée à Londres, l’avocate de Dmitri Rybolovlev dément toute instrumentalisation de la police monégasque. Pour la première fois, elle parle. Voici quelques extraits de cet entretien exclusif avec une femme au cœur du scandale.


Pour Tetiana Bersheda, il ne faut pas voir dans cet affrontement un conflit d’égo entre deux hommes, aussi puissants soient-ils, mais « une escroquerie », orchestrée par Yves Bouvier « avec la complicité d’un tiers », soit Tania Rappo, marraine de la fille de l’oligarque, qui a touché près de 100 millions de commission de Bouvier. « Mon client naviguait dans des eaux qui ne lui étaient pas familières. Il est réservé, ne parle pas d’autre langue que le russe. C’est difficile à saisir, mais il est un être humain faillible ».

Lire aussi > Scandale à Monaco : Le prince Albert face aux oligarques russes

Tetiana Bersheda dit avoir « volontairement » donné son téléphone au juge d’instruction Levrault qui le lui demandait afin de vérifier l’intégralité de l’enregistrement d’une conversation. Elle ignore que le juge ira chercher des photos et des textos qu’elle avait pris soin d’effacer. Ce sont ces « trouvailles » qui ont crée le scandale et l’ont entraînée dans la tourmente. Elle s’insurge : « mon secret professionnel et le droit au respect de ma vie privée avaient été violées ».

Pour elle, il n’y a pas de trafic d’influence

Les SMS qu’elle échangeait avec divers hauts gradés de la police monégasques, qui ont conduit à la démission de Philippe Narmino, l’équivalent du garde des sceaux de la principauté, ne relèvent pas, selon elle, du trafic d’influence : « À Monaco tout le monde se connaît. Je rencontrais les représentants des autorités lors de réception. Si on ne peut plus déjeuner avec quelqu’un ou offrir un souvenir de son pays pour un anniversaire… Je sais que j’ai toujours agi dans le respect de la loi. Quoi de plus normal, pour un avocat, que d’avoir des contacts avec les autorités ? »

Lire aussi pour bien comprendre toute l’affaire > Rybolovlev : l’oligarche qui fait de l’ombre au Rocher

Sa relation avec son client ? « C’était uniquement professionnel ». Dmitri Rybolovlev était-il tenu informé de ces SMS ? « Il savait que j’étais en contact avec les autorités qui menaient l’enquête, mais ne connaissait pas le contenu précis des échanges ».  Tetiana Bersheva passe par des moments difficiles ; mais tient bon. Solide, elle explique : « je ne crains pas pour ma sécurité, je n’ai pas peur car je n’ai pas commis d’infraction. Mais on tente de nier ma qualité d’avocate et je redoute des décisions arbitraires me concernant ». Elle assure avoir toujours de bons rapports avec son client, « je lui suis reconnaissante de son soutien ».

Retrouvez l’intégralité de notre rendre-vous avec Tetiana Bersheva et les derniers développements du scandale qui secoue la Principauté de Monaco dans le nouveau numéro de Paris Match.

CIM Internet