Paris Match Belgique

Donald Trump trouve « franchement dégoûtant que la presse puisse écrire ce qu’elle veut »

"Ils fabriquent des sources. Il n'y a pas de sources." | © AFP PHOTO / SAUL LOEB

Société

Interrogé dans le Bureau ovale, Donald Trump s’en est pris à la liberté de la presse : « C’est franchement dégoûtant que la presse puisse écrire ce qu’elle veut ».

Une déclaration qui ne va pas améliorer la relation de Donald Trump avec les médias. Mercredi, dans le Bureau ovale alors qu’il recevait le Premier ministre Justin Trudeau, le président américain s’en est pris à la liberté de la presse, après s’être de nouveau attaqué sur Twitter à NBC News pour dénoncer un article qu’il a à nouveau qualifié de « fake news ». Dans celui-ci, la chaîne assure que Donald Trump souhaite décupler l’arsenal nucléaire du pays : « Les chaînes d’info sur le câble sont devenues tellement partiales, déformée et fausses que leurs licences doivent être remises en cause et, si c’est adapté, annulées. Ce n’est pas juste pour le public ! »

Interrogé à propos de ce tweet, il a répondu qu’il trouvait « franchement dégoûtant que la presse puisse écrire ce qu’elle veut et des gens devraient se pencher sur le sujet ». Un journaliste lui a alors demandé s’il devrait y avoir « des limites sur ce que la presse devrait écrire » : « Non. La presse devrait être plus honnête. J’ai vu des médias terriblement malhonnêtes ». CNN a rappelé qu’il n’existe pas de licence pour les chaînes nationales mais une par antenne locale.

©AFP PHOTO / SAUL LOEB

Lire aussi > Les États-Unis de Donald Trump quittent l’UNESCO

« Ils ont des sources inexistantes, qui n’existent pas« 

Il a donc nié l’information selon laquelle il voulait multiplier par dix l’arsenal militaire américain, assurant que ça serait « totalement pas nécessaire » : « Je connais la capacité que nous avons et croyez-moi, elle est impressionnante. Elle est massive. […] Donc quand ils inventent des histoires comme ça, qui sont juste inventées, et bien les généraux vont vous répondre ça. Et ils ont des sources inexistantes, qui n’existent pas. Ils fabriquent des sources. Il n’y a pas de sources ».

La rancoeur de Donald Trump envers NBC News (en particulier, parmi tous les médias qu’il qualifie de « fake news ») est également due à un article dans lequel la chaîne assurait que le secrétaire d’Etat Rex Tillerson avait pensé démissionner cet été et avait traité le président d’« abruti » lors d’une réunion au Pentagone. Rex Tillerson a nié la première partie et a refusé d’évoquer la seconde, assurant : « Je ne vais pas évoquer des choses mesquines comme ça ».

CIM Internet