Paris Match Belgique

Quand l’ogre Weinstein débarquait à Cannes : son ancien chauffeur témoigne

weinstein

Harvey Weinstein au Festival de Cannes avec Marion Cotillard en 2010. | © EPA/IAN LANGSDON

Société

Durant six années, Mickaël Chemloul était au volant du véhicule qui conduisait Harvey Weinstein lors du Festival de Cannes. Une période qui a traumatisé le chauffeur et qui a laissé des séquelles. 

Aujourd’hui, il raconte son calvaire et celui des autres. Celui de toutes ces femmes que le nabab d’Hollywood consommait dans les palaces cannois. Mickaël Chemloul a raconté ces virées au bout de l’enfer au Nouvel Obs.

« Il était violent avec tout le monde »

« Elles sortaient de l’hôtel en pleurs, quelquefois les chaussures à la main. J’en ai vu, pendant toutes ces années, et je n’ai pas parlé. Je n’avais pas de preuves, je n’étais pas dans la chambre », se souvient-il. La routine. Mickaël Chemloul attendait Weinstein à bord de son véhicule, impuissant.

Je n’avais pas de preuves, je n’étais pas dans la chambre 

Une autre nuit tiède de mai souffrait en silence en pleine euphorie cannoise. « Je savais juste qu’il était violent avec tout le monde : il gueulait tout le temps, virait son personnel pour un rien, cassait les accoudoirs dans la voiture », détaille-t-il dans l’article de l’Obs.

Burn-out

La violence de Weinstein, Mickaël la subit lui-même de plein fouet, lui aussi. C’était le 13 juillet 2013. Il avait manqué à sa mission sacrée, ordonnée par le producteur : récupérer deux escorts girls à Saint-Tropez. Il revient bredouille. Weinstein casse tout. Y compris l’annulaire du chauffeur. Résultat, 4 jours d’incapacité totale du travail. Ça, c’est pour le court terme. Le Français sort tout juste de quatre années de burn-out, explique-t-il au Nouvel Obs.

Lire aussi > Festival de Cannes : Les 10 films qui ont créé polémique

Une adaptation au cinéma

Tout ce temps, Chemloul est resté silencieux. Comme de nombreuses victimes. Effrayées par le pouvoir d’un homme alors tout-puissant à Hollywood. L’ancien chauffeur a profité du scandale inespéré pour témoigner. Il encourage les autres à faire comme lui. « Tant de jeunes femmes et d’actrices française aujourd’hui connues sont passées par lui, dont certaine se taisent encore aujourd’hui. Elles ne devraient pas ».

Ils parlent déjà d’une adaptation cinématographique

Mickaël a arrêté les antidépresseurs. Place à la plume. Il fignole actuellement les dernières pages d’un roman consacré à cette sale période. « Les Américains me le réclament, ils parlent déjà d’une adaptation cinématographique ». Avec ou sans Weinstein, Hollywood continue à vivre.

CIM Internet