Paris Match Belgique

582 000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour le Bangladesh depuis fin août, annonce l’ONU

Des réfugiés Rohingyas au Bangladesh. | © BELGA/AFP PHOTO/MUNIR UZ ZAMAN

Société

L’ONU a indiqué que 582 000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour le Bangladesh, mardi. Pour les Nations unies, il s’agit bien d’une épuration ethnique orchestrée contre la minorité musulmane.

 

582 000 Rohingyas ont fui la Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin depuis le 25 août, a annoncé ce mardi l’ONU, qui s’inquiète de la situation de milliers de personnes bloquées à la frontière. Ce chiffre est en augmentation de 45 000 réfugiés par rapport au chiffre de 537 000 fourni au cours du week-end, a précisé le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR). Marixie Mercado, une porte-parole de l’agence de l’ONU pour les enfants Unicef, a toutefois déclaré lors d’un point de presse à Genève que cette hausse ne relevait pas d’un afflux soudain de réfugiés, mais d’un recensement plus précis de leur nombre grâce à un meilleur accès aux zones proches de la frontière.

Une épuration ethnique

Les musulmans rohingyas fuient les violences qui ont débuté fin août en Birmanie à majorité bouddhiste et que l’ONU considère comme une épuration ethnique. L’exode a explosé depuis le déclenchement le 25 août d’attaques par une rébellion rohingya contre les forces de sécurité birmanes dans l’État Rakhine (ouest), qui ont provoqué une répression sévère de l’armée. Le porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, a fait part de sa profonde inquiétude concernant « les conditions des milliers de nouveaux arrivants qui sont bloqués près de la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie ».

Lire aussi > Le pape François viendra en Birmanie en pleine crise des Rohingyas

« Depuis dimanche soir, 10 000 à 15 000 réfugiés rohingyas sont entrés au Bangladesh en passant par le poste-frontière de Anjuman Para dans le district d’Ukhia, au sud-est du pays », a-t-il dit. Il a souligné que nombre de ces réfugiés avaient à l’origine choisi de rester dans la partie nord du Rakhine, foyer traditionnel de leur communauté, malgré les menaces de mort. « Ils ont finalement décidé de s’enfuir quand leurs villages ont été incendiés », a-t-il ajouté. Beaucoup d’entre eux restaient regroupés dans des rizières au Bangladesh et attendaient la permission de pouvoir se déplacer à l’intérieur du pays. Selon des employés du HCR, certains réfugiés ont dû marcher pendant près d’une semaine pour atteindre la frontière.

Lire aussi > Plus de 60 morts dans le naufrage d’une embarcation de Rohingyas

« Le HCR encourage les autorités du Bangladesh à accepter sans tarder ces réfugiés (…) Chaque minute compte, étant donné les conditions fragiles dans lesquelles ils sont arrivés », a-t-il souligné. À la frontière, les autorités du Bangladesh verrouillaient mardi l’accès à leur pays, submergé par cet exode des Rohingyas. Elles ne constataient pas d’arrivées dans la matinée. Depuis lundi soir, « environ 12 000 (Rohingyas) ont passé la frontière mais ils ont été repoussés après vers un no man’s land », situé entre les deux pays, a déclaré à l’AFP un responsable des gardes-frontières sous couvert d’anonymat. Depuis le 25 août, au moins 288 villages ont été incendiés au Rakhine, a révélé l’organisation Human Rights Watch dans un rapport mardi en se basant sur des images satellites.

CIM Internet