Paris Match Belgique

Le « camion de l’horreur » américain qui transportait des illégaux comme du bétail

Image d'illustration | © Flickr/

Société

James Matthew Bradley, 61 ans, a reconnu avoir acheminé aux États-Unis des étrangers en situation irrégulière. Dix sont morts pendant le transport dans sa remorque surchauffée.

Le chauffeur d’un camion ayant traversé en juillet la frontière mexicano-américaine avec des dizaines d’immigrés clandestins dans sa remorque surchauffée, dont dix sont morts, a plaidé coupable devant un tribunal fédéral du Texas. James Matthew Bradley, 61 ans, a reconnu lundi avoir acheminé aux États-Unis des étrangers en situation irrégulière, ont indiqué dans un communiqué commun le bureau du procureur fédéral local, la police de l’immigration (ICE) et le bureau d’enquête du ministère de la Sécurité intérieure (HSI).

L’homme risque la prison à vie

Il connaîtra sa sentence le 22 janvier et risque la prison à vie, le bureau du procureur ayant indiqué qu’il ne demanderait pas la peine de mort. Jusqu’à 200 Mexicains et Guatémaltèques auraient été entassés dans la remorque dont la climatisation était en panne et dont les aérations avaient été obturées. Selon les enquêteurs, la température a pu grimper jusqu’à 65 degrés Celsius. La police, contactée par l’employé d’un supermarché de San Antonio sur le parking duquel était garé le véhicule, avait découvert 38 personnes encore à l’intérieur de la remorque : huit étaient mortes. Les trente autres avaient été hospitalisées souffrant de coups de chaleur et de déshydratation, dont deux avaient rapidement succombé.

Lire aussi > Au-delà de la peur et des stéréotypes, des citoyens ont décidé d’héberger des réfugiés

Une autre personne avait par la suite été retrouvée, en vie, dans des bois adjacents. Des dizaines d’autres étaient parvenues à s’enfuir avant l’arrivée des autorités. L’alerte avait été donnée lorsqu’un des clandestins avait demandé de l’eau à l’employé de supermarché. M. Bradley, trouvé par la police dans la cabine de son camion, avait été arrêté sur place. Il avait alors affirmé ne pas avoir remarqué qu’il transportait des dizaines de personnes dans sa remorque jusqu’à ce qu’il s’arrête sur le parking.

« Cette affaire est un rappel flagrant du fait que les passeurs de clandestins sont motivés par la cupidité et ne font pas cas de la santé ni du bien-être de leur cargaison humaine », a commenté l’agent Shane Folden, du HSI, dans le communiqué. Un grand jury fédéral avait émis en septembre quatre chefs d’inculpation contre Pedro Silva Segura, 47 ans, considéré comme un complice de M. Bradley. Il a été identifié comme un immigré clandestin vivant dans la ville texane frontalière de Laredo.

CIM Internet