Paris Match Belgique

La pop culture est-elle pétrie de références cachées à Harvey Weinstein ?

Harvey Weinstein a hanté la pop culture durant de nombreuses années. | © Flickr, Thomas Hawk

Société

Lana Del Rey aurait évoqué le producteur dans une chanson de son album Paradise. Un exemple de plus dans la liste déjà longue de références, plus ou moins explicites, au nabab déchu d’Hollywood. 

C’est une source proche de la chanteuse rétro-moderne à la voix feutrée qui l’affirme : Lana Del Rey a parlé de Harvey Weinstein dans un morceau. Dans « Cola », un titre issu de son troisième opus Paradise, la star chantait : « Harvey est dans le ciel avec des diamants et il me rend folle. Tout ce qu’il veut, c’est faire la fête avec son joli bébé. Allez viens bébé, on monte (…) Je connais ta femme, elle serait d’accord ». Le prénom Harvey figurait dans une première version du titre, détaille la même source dans Page Six.

Quand « Harvey » devient « Ah he »

En amont de la sortie de Paradise en 2012, l’ogre d’Hollywood a appris la chose. Il serait « devenu fou », obligeant Lana Del Rey à changer les paroles pleines d’ironie de « Cola ». « Harvey » est ainsi devenu « Ah he » (« Ah il », ndlr) dans la version finale. La chanteuse était la seule à connaître tout le poids de ces quelques vers. Jusqu’à aujourd’hui. Ses mots prennent désormais une tout autre ampleur.

Lire aussi > Les Pussycat Dolls, prostituées au service de l’industrie du disque ? 

Lecture entre les lignes de la pop culture 

Depuis que l’affaire a éclaté grâce au New York Times, d’autres moments de la pop culture revêtissent une signification différente. Les exemples proviennent de sources variées, mais semblent poser le même un constat inquiétant : c’était un secret de polichinelle.

Asia Argento a eu affaire à Harvey Weinstein durant sa jeunesse. Une expérience traumatisante qu’elle a exorcisée à travers la caméra. En 1999, elle tourne le long-métrage Scarlet Diva. Alors que le scandale se répand comme un feu de forêt depuis quelques jours, Argento poste sur Twitter une scène du film qui faisait alors référence, à sa manière, à Weinstein.

Lors de la cérémonie des Oscars de 2013, l’humoriste Seth Mc Farlane – à qui l’on doit Family Guy – a lancé une boutade au moment d’annoncer les femmes en lice pour le meilleur second rôle. « Félicitations, vous n’aurez plus à faire comme si Harvey Weinstein vous plaisait », a-t-il dit, provoquant les rires (crispés ?) du public.

Autre exemple dans la série Entourage, produite par Mark Wahlberg pour la chaîne HBO et inspirée par ses propres débuts à Hollywood. On y suit une bande d’amis dans laquelle Vincent est une star montante du cinéma. Dans un épisode, la clique subit les foudres d’un producteur tyrannique et colérique : « Harvey Weingard ».

Référence à peine voilée, la scène ne met pas en avant le goût du producteur pour le harcèlement sexuel. Mais il illustre bien l’attitude générale qu’il avait en coulisses. Celle d’un homme puissant, capricieux et violent. À une fête, Weinstein serait allé voir Kevin Connolly, l’un des acteurs de la série, pour lui dire « Dis à tes producteurs que s’ils citent encore une fois mon nom, ils sont morts », a expliqué l’intéressé à THR  en 2011.

Les exemples sont déjà nombreux. Dans le futur, sans doute que d’autres scènes de films ou de séries dévoileront leurs références cachées au nabab déchu Harvey Weinstein.

CIM Internet