Paris Match Belgique

« Street Jam » : Quand des centaines d’adolescents en trottinette font la loi en Australie

La "Street Jam" a dérapé dans les rues de Brisbane. | © Pexels

Société

Un évèvement autour de la trottinette se tenait à Brisbane. Mais les forces de l’ordre australiennes ont dû mettre fin à ce « chaos organisé ».

Dans les années 1950, Marlon Brando jouait le rôle du leader d’un gang de bikers, mutique et violent. Perché sur sa bécane Triumph, il semait la terreur dans un patelin des États-Unis. Ce film, c’est L’Équipée sauvage. Mais ce 22 octobre, c’est un « gang » d’un tout autre genre qui a fait parler de lui en Australie. Des centaines de teenagers originaires de Brisbane ont enfourché leurs trottinettes et provoqué la zizanie dans les rues du centre-ville. La police a même dû mettre fin aux festivités.

« Street Jam », un rassemblement hors norme organisé sur les réseaux sociaux

Cet évènement hors norme, qui a mobilisé des centaines d’adolescents, c’est un « Street Jam ». L’homme clé de ce rendez-vous est Jack Dauth. À 18 ans,  ce petit champion de la trottinette est très populaire auprès des ados australiens. Il compte près de 160 000 followers sur Instagram. Sur YouTube, il partage ses exploits à deux roues et se filme à l’aide d’une GoPro. Avec les « Street Jam », dont c’était la quatrième édition cette année, il les encourage à le suivre dans ses aventures. Ainsi, les fans ont été nombreux à répondre présents. Le début de ce que l’organisateur, Julian Woods, a ensuite qualifié de « chaos organisé ».

Lire aussi > Australie : Jusqu’à 90% des tomates jetées à la poubelle à cause de leur apparence

Quand le « chaos organisé » force la police à intervenir 

Ces fous de la trottinette ont donc pédalé à toute vitesse dans les rues de la ville, zigzagant à contre sens sur les routes, traversant des centres commerciaux à toute vitesse… Durant quelques heures, Brisbane a été leur terrain de jeu. Non prévenues de la tenue de la « Street Jam », les forces de l’ordre locales ont décidé d’intervenir, comme elles l’expliquent dans leur communiqué. Violemment. Selon des témoignages relayés par 7 News Australia, des personnes « ont été frappées à la gorge et les enfants ont eu peur ». Mais quand la police a arrêté leur idole, Jack Dauth, c’en était trop. « Libérez Jack ! », ont-ils scandé, alors qu’il annonçait son arrestation sur les réseaux sociaux. « Ils m’ont fait tomber, ils m’ont arraché ma caméra et ils ont pris mon micro », a-t-il expliqué, promettant des « images exclusives » à ses fans.

La police a annoncé qu’aucune poursuite judiciaire ne serait engagée. Au final, le gang d’un jour s’est dissous et ses membres ont regagné leurs foyers.

CIM Internet