Paris Match Belgique

De la viande bovine tuberculeuse vendue dans les supermarchés français

Plus de 8 000 vaches diagnostiquées positives à la tuberculose bovine finiraient en barquettes dans les rayons des Français, affirme le Canard Enchaîné. | © Flickr : Kevin Doncaster

Société

Selon Le Canard Enchaîné, de la viande de vache malade de la tuberculose serait vendue dans les supermarchés français.

Après la vache folle et les lasagnes à la viande de cheval, la France pourrait faire l’objet d’un nouveau scandale sanitaire : du bœuf contaminé à la tuberculose dans les rayons des supermarchés.

Carcasses infectées

Avec son titre « La vache qui tousse dans nos assiettes », Le Canard Enchaîné a révélé ce mercredi 25 octobre que 3 000 tonnes de viande contaminée seraient vendues chaque année dans les supermarchés. Plus de 8 000 vaches diagnostiquées positives à la tuberculose bovine finiraient ainsi en barquettes dans les rayons des Français. Une pratique « curieuse et discrète », pointe le journal satirique, effectuée en toute légalité.

Lire aussi > La viande : bien la choisir, bien la consommer

En effet, les autorités sanitaires – qui autorisent cette pratique – assurent que les carcasses sont sans danger pour l’homme lorsque les organes les plus infectés sont retirés. « Lorsqu’une lésion tuberculeuse a été retrouvée dans les ganglions lymphatiques d’un seul organe ou partie de la carcasse, seuls l’organe ou la partie de carcasse infectée doivent être déclarées impropres à la consommation », écrit le règlement 854/2004 de l’Union européenne, qui encadre la question. Une exception qui s’inscrit dans une loi stipulant toutefois que la viande d’un animal infecté « doit être déclarée impropre à la consommation humaine ».

Barquettes « premier choix »

Or, ces informations sur les animaux malades ne sont pas mentionnées sur l’emballage et leur viande est vendue en « barquettes premier choix », souligne Le Canard qui affirme que la grande distribution profiterait de l’effet d’aubaine créé par l’indemnisation des éleveurs dont des bêtes ont été contaminées, rapporte Le Parisien. « La quasi-totalité des bovins exécutés pour cause de tuberculose sont, en effet, des races à viande, proposées plus cher en rayon que la vulgaire vache de réforme qui a fourni du lait pendant onze ans », précise le journal.

Lire aussi > La « vache du futur » : une race OGM capable de résister au réchauffement climatique

Si l’hebdomadaire rappelle que dans les zones à risques, les bovins sont systématiquement dépistés, il précise qu’aux 3 000 tonnes de viande tuberculeuse consommée chaque année s’ajoute le bœuf britannique, « nos voisins d’Outre-Manche ayant pris l’habitude d’écouler en France une partie de leurs carcasses contaminées ».

Photo d’illustration. © Flickr : Kurt Bauschardt

En 2013, le Sunday Times avait révélé que 28 000 bêtes anglaises testées positives à la tuberculose étaient offertes à la consommation chaque année dans plusieurs pays européens, dont la France. Une révélation face à laquelle le ministère de l’Agriculture français de l’époque avait assuré qu’il n’y avait aucun risque pour le consommateur. Encore aujourd’hui, contacté par France Info, le ministère de l’Agriculture se veut rassurant. « Depuis plus de trente ans, en France, personne n’a attrapé la tuberculose en mangeant du bœuf », assurait au Canard un responsable de la Direction générale de l’alimentation.

CIM Internet