Paris Match Belgique

Sugardating : Après Bruxelles, l’indignation gagne Paris

Le site de rencontre "RichMeetBeautiful" a encore frappé. | © Flickr, Jeanny

Société

Un nouveau panneau publicitaire du site de rencontre « RichMeetBeautiful » faisant la promotion du sugardating a été repéré devant deux universités parisiennes.

Les mots changent un peu, mais le message reste le même. Le sugardating a encore frappé avec une imposante publicité : « Hey les étudiant(e)s ! Romantique, passion, et pas de prêt étudiant », peut-on lire. Après l’Université Libre de Bruxelles, place à Paris. Tiré par une voiture, le nouveau panneau promotionnel de « RichMeetBeautiful » a été aperçu devant le campus de Paris Descartes et de l’université Pierre et Marie Curie ce mardi 24 octobre, ainsi que le mercredi suivant. Un passage dans la capitale française qui a créé de vives réactions.

Lire aussi > Christina, 18 ans, : étudiante en commerce et sugar baby

« C’est immoral et malsain »

Elle avait déjà fait parler d’elle et on peut difficilement la rater. La présence de la publicité a vite été relayée sur les réseaux sociaux. Les étudiants et les badauds ont été nombreux à afficher leur indignation en postant des photos sur Twitter.

« Même si des étudiants sont dans la précarité, c’est immoral et malsain, de leur proposer comme solution la prostitution, c’est vraiment dégueulasse », a confié un étudiant au Figaro.

Réaction expresse des universités et de la ville de Paris

Du côté des universités, même sentiment de honte. Quand la nouvelle lui est parvenue, Frédéric Dardel, le président de l’université Paris Descartes, s’est dit « sous le choc ». « Si j’ai un levier d’action, je porterai plainte », a-t- affirmé, toujours dans Le Figaro. La ville de Paris, via son compte Twitter officiel, a également fermement condamné cette publicité.

 

La France, cible privilégiée du sugardating

Le fondateur de « RichMeetBeautiful » a lui-même avoué que l’apparition de cette pub n’était pas due au hasard. Dans une interview, Sigurd Veldal déclare calmement que « La France est une de nos cibles clés, parce que nos études nous montrent que c’est un pays ‘passionné’, avec un peuple qui l’est tout autant« . Il ajoute avoir adapté sa publicité en fonction des retours de la Belgique en septembre dernier.

Lire aussi > Les autorités font front contre la campagne de « sugardating »

Une traque en Belgique

Pour rappel, la campagne de promotion du sugardating avait été interdite en Belgique. Une véritable traque avait été mise en place par la police et les bourgmestres pour en retrouver la trace. Le jury d’éthique publicitaire, lui, avait reçu une avalanche de plaintes. La publicité – qui disait « Hey, les étudiantes ! Améliorez votre style de vie, sortez avec une sugar daddy » – portait atteinte à la dignité humaine, avait alors estimé le jury.

CIM Internet