Paris Match Belgique

À Rome, la fontaine de Trevi se transforme en bain de sang

En 2007 s'était produit le même incident. | © AFP PHOTO / FILIPPO MONTEFORTE

Société

Et non, ce n’est pas la première fois que la fontaine de Trevi se met à saigner.

On aurait pu croire à un coup monté de toutes pièces, à tout juste quelques jours de la fête d’Halloween. C’est pourtant un acte militant qui se cache derrière cette mauvaise blague.

La ville éternelle, sale et corrompue

Ce jeudi 26 octobre, la fontaine de Trevi a viré au rouge sang à la surprise des touristes et des habitants de la ville. Ceux qui s’apprêtaient, par dessus leur épaule, à lancer une pièce dans le bassin ont été les témoins d’un véritable bain de sang.

Lire aussi > Rome : la Fontaine de Trevi, ce monument historique qui rapporte gros

Pas de panique et encore moins de miracle. Car l’auteur des faits, en plus d’avoir été rapidement arrêté, est d’ores et déjà dans le viseur des autorités. Il s’agit de l’activiste italien Graziano Cecchini, qui n’en est pas à son premier coup de sang dans les eaux du monument. Afin de dénoncer la corruption dans la ville éternelle, l’homme a déversé plusieurs litres de peinture rouge écarlate dans la plus célèbre fontaine romaine.

Longue vie à Rome

Arrêté peu de temps après par la police, l’activiste a déclaré que son action était un « cri pour dire que Rome n’est pas morte, qu’elle est vivante et prête à redevenir la capitale de l’art, de la vie et de la Renaissance », lit-on dans le GuardianGraziano Cecchini a également insisté sur le fait que le colorant ne nuirait pas à la fontaine. « Des actions comme celle-ci démontrent l’ignorance et un manque total de sens civique », a déclaré le vice-maire de la ville, Luca Bergamo.

Activiste colorful

Ce n’est pas la première fois que la fontaine de Trevi change de couleur. En 2007, le même activiste avait coloré le monument à la veille du festival international du film de Rome, qualifiant son geste de « futuriste » en référence au mouvement artistique. En 2008, Cecchini avait une nouvelle fois fait la Une des journaux après avoir déversé 500 000 balles en plastique sur les marches espagnoles de Rome pour dénoncer les problèmes structurels du pays.

© EPA/DI MEO-PERCOSSI
CIM Internet